SMMAC "Le temps du social - Du Maroc au Liban, une grande transformation"

Le 03/03/2021

par Myriam Catusse, Chercheure CNRS - IREMAM

Le Séminaire Mondes Musulmans et Arabes Contemporains (SMMAC) est un lieu d’expression et de confrontation théorique/méthodologique destiné aux chercheurs et étudiants. Soutenu par la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, le séminaire est hébergé à la Maison des Sciences Humaines de l’Université libre de Bruxelles. Le SMMAC recommence un nouveau cycle de séminaires destiné à rassembler des doctorants et des spécialistes travaillant sur les mondes arabes et musulmans contemporains. Subsidiairement, le SMMAC ménagera des espaces d’encadrement des étudiant.e.s de 2e cycle désireux d’acquérir références, méthodes et conseils supplémentaires sur leurs travaux et mémoires.

K. Polanyi envisageait la grande crise politique et économique des années 1930-1945 comme la mort du libéralisme économique né avec la révolution industrielle, un « cataclysme résidant dans l’entreprise utopique par laquelle le libéralisme économique a voulu créer un système de marché autorégulateur » (Polanyi (1983 [1944]), p. 53). À partir de terrains marocains puis libanais, cette intervention présentera des enquêtes successives qui analysent les mécanismes d’un processus comparable, à bien des aspects. Il se caractérise par la dislocation de solidarités, l’érosion de protections, la vulnérabilisation de statuts et la remise en cause de nombreuses certitudes : l’économie politique de la promesse s’est grippée à l’ombre d’un grand soir néolibéral qui n’est pas advenu. Le souffle de révoltes qui grondent depuis une décennie comme l’exacerbation des inégalités dans la pandémie du Covid sont d’éloquents révélateurs de ces mécanismes qui ne font pas toujours l’objet de publicisation.

Myriam Catusse enseigne à l’IEP d’Aix-en-Provence et à Aix-Marseille Université. Elle a été en poste au Maroc et au Liban. Ses travaux proposent une sociologie du néolibéralisme : d’abord au sujet de l’entrepreneurisation du politique au Maroc (1999, 2008), puis sur les mondes du travail et les politiques du local au Maroc et au Liban, enfin sur l’expression d’une question sociale (2020). Leur fil directeur est un questionnement sur la fabrique et la revendication de droits sociaux. Ils accordent une attention particulière au comparatiste et proposent une sociologie de la production de sciences sociales internationalisées, et en situation de violences politiques.

Mercredi 3 mars de 12h à 14h

La langue du séminaire est le français, ce qui n’exclut pas l’usage de l’anglais dans le cadre d’interventions/présentations ponctuelles.

Les modalités de participation en ligne seront communiquées après inscription obligatoire à l’adresse suivante : omam@ulb.ac.be

Un enregistrement audio des séances sera disponible sur la page d'OMAM.

Contacts : Sahar Aurore Saeidnia & Jihane Sfeir