Conférence : « Les Francophonies canadiennes et l’invention de leurs fêtes nationales (1834-1919) »

avec Joël Belliveau (Université Laurentienne – chaire internationale de l’ULB)

Les fêtes nationales, dans le sens qu’on leur donne aujourd’hui, sont un produit du début de l’ère industrielle, c’est-à-dire du 19e, souvent appelé à juste titre le « siècle des nationalités ». La première fête fédérale célébrant le 4 juillet, aux États-Unis, a lieu en 1870. L’anniversaire de la prise de la Bastille est célébrée à partir de 1880 en France. L’idée se répand ensuite comme une trainée de poudre. Si l’adoption d’une fête nationale donne lieu à des tensions et des tiraillements même dans les meilleurs des cas, c’est d’autrement plus vrai dans un pays comme le Canada, c’est-à-dire une terre autochtone colonisée deux fois plutôt qu’une, ayant accueilli depuis des millions d’immigrants provenant d’horizons divers, mais n’ayant jamais coupé de manière nette le lien britannique.

Cette conférence examinera les manières dont les francophonies canadiennes ont négocié leur place au sein des fêtes pan- canadiennes tout en affirmant leur distinction par l’entremise de fêtes qui leur sont particulières. Il en résulte un portrait de « traditions » qui s’avèrent parfois très malléables et qui connaissant des revirements spectaculaires.

Lundi 14 octobre, 12h 

Salle de réception (R.3.105)
Bâtiment R – 3e niveau
Avenue Antoine Depage 1
1050 Bruxelles