La MSH accueille Lucile Queré, chercheuse à l’Université de Lausanne

STRIGES, la structure de recherche consacrée aux genres et sexualités de la MSH, est heureuse d’accueillir pour quelques semaines une chercheuse invitée, Lucile Queré, du Centre en études genre de l’Université de Lausanne, qui dans sa recherche doctorale (sous la direction d’Eléonore Lépinard) travaille sur la pratique collective de l’auto-examen gynécologique, symbole du self-help féministe, dans trois pays européens (Belgique, France, Suisse) dans les années 1970 et dans les années 2010. Cette pratique militante qui a pour but la prise de conscience et la réappropriation du corps et des savoirs sur les corps – notamment face au pouvoir médical – était investie d’une forte portée subversive dans les années 1970, et était fortement liée aux luttes pour la liberté de contraception et d’avortement. Dans le cadre de cette recherche, Lucile Queré souhaite interroger la réémergence de cette pratique dans les années 2010 et la signification sociale qui lui est associée dans un contexte législatif, contestataire et institutionnel différent de celui des années 1970. Si vous souhaitez la rencontrer et l’aider dans ses recherches, n’hésitez pas à prendre contact avec elle.

Lucile Queré