Professeurs invités

→ 2017-2018→ 2016-2017
 

Isabelle Attané

Isabelle Attané est directrice de recherches, démographe et sinologue à l’Institut national d’études démographiques, spécialiste de la démographie de la Chine. Elle est habilitée à diriger des recherches et chercheure associée au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (EHESS Paris). Ses travaux portent sur les évolutions sociales en lien avec les changements démographiques en Chine avec une approche démographique et sociologique. Elle s’intéresse en particulier aux relations de genre et aux discriminations envers les filles et les femmes dans la société chinoise en transition, de même qu’à la question du déséquilibre numérique entre les sexes (surmasculinité démographique) et à ses conséquences sur les individus et la société.

 

Isabelle Backouche

 

Scarlett Beauvalet

Scarlett Beauvalet est professeure d’Histoire moderne à l’Université Jules Verne de Picardie, Amiens. Elle. Ses thèmes de recherche sont : l’histoire des femmes, de la famille, de la santé et des hôpitaux, et elle s’intéresse particulièrement à l’histoire des sociétés privées et publiques dans l’Europe moderne et contemporaine. Elle est l’auteure avec E. Berthiaud, de Le rose et le bleu. La fabrique du féminin et du masculin. Cinq siècles d’histoire, Paris, Belin, 2016

 

Rémy Campos

 

Line Chamberland

Sociologue de formation, Line Chamberland est professeure au département de sexologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle a réalisé plusieurs études sur les différentes formes d’exclusion sociale des personnes marginalisées en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, dans des contextes institutionnels tels que le milieu de travail, le milieu scolaire et les services sociaux et de santé. Son implication dans divers groupes associatifs et communautaires lui a permis de tisser des partenariats fructueux avec de nombreux acteurs sociaux. Depuis 2011, elle est titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie (UQAM), dont le rôle est d’accroître et mobiliser les connaissances sur les minorités sexuelles et de genre, en collaboration avec des partenaires institutionnels, associatifs et syndicaux, notamment le Bureau de lutte contre l’homophobie (ministère de la Justice), le Conseil québécois LGBT et la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Elle a reçu le prix Pierre Dansereau 2014 soulignant l’engagement social d’un chercheur.

Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Des injustices structurelles à la reconnaissance de la diversité. Regard critique sur l’évolution des politiques publiques contre l’homophobie et la transphobie au Québec »

 

Sébastien Chauvin

Sébastien Chauvin est sociologue et professeur associé au Centre en Etudes Genre de l’Université de Lausanne, ancien directeur du Amsterdam Research for Gender and Sexuality à l’université d’Amsterdam. Ses recherches portent sur le genre, la sexualité, les inégalités de classe, les migrations internationales, la sociologie du travail et l’épistémologie des sciences sociales. Il est notamment l’auteur, avec Laure Bereni, Alex Jaunait et Anne Revillard, l’Introduction aux études sur le genre (De Boeck, 2ème édition 2012) et avec Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité (La Découverte, 2013, trad. italienne 2017). Ses axes de recherche actuels dans le domaine du genre et de la sexualité explorent la construction sociale du sens des relations sexuelles dans le contexte d’inégalités diverses (ethniques, économiques, civiques), les transformations des identités lesbiennes, gaies, bi et trans à travers l’espace social et ethno-culturel, ainsi que les controverses récentes autour de la vérité du sexe, de la race et de la filiation.

 

Antoine Chollet

Docteur en science politique, Antoine Chollet est Maître assistant à l’Institut d’Études Politiques, Historiques et Internationales de l’Université de Lausanne et membre du Centre Walras Pareto d’études interdisciplinaires de la pensée économique et politique. Ses recherches portent sur le nationalisme (en particulier dans sa variante suisse La Suisse, nation fêlée, Presses du Belvédère, 2006) et sur la théorie politique de la démocratie, à laquelle il a consacré des livres (Défendre la démocratie directe, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2011) et de très nombreux articles. Il se situe dans le sillage des théoriciens de la démocratie radicale (Cornelius Castoriadis, Claude Lefort, Jacques Rancière) dont il retravaille les œuvres sous le double point de vue de l’histoire des idées et des enjeux normatifs contemporains.

 

Jeroen De Kloet

Jeroen de Kloet is Professor of Globalisation Studies and Director of the Amsterdam Centre for Globalisation Studies (ACGS) at the University of Amsterdam. His work focuses on cultural globalisation, in particular in the context of East Asia. He is the principal investigator of a project funded by the European Grant Council (ERC), titled “From Made in China to Created in China. A Comparative Study of Creative Practice and Production in Contemporary China.” In 2010 he published China with a Cut – Globalisation, Urban Youth and Popular Music (Amsterdam UP). He wrote, together with Yiu Fai Chow, Sonic Multiplicities: Hong Kong Pop and the Global Circulation of Sound and Image (Intellect, 2013) and edited, together with Lena Scheen Spectacle and the City – Chinese Urbanities in Art and Popular Culture (Amsterdam UP, 2013). With Anthony Fung he published Youth Cultures in China (Polity 2017). See also www.jeroendekloet.nl

 

Philippe Droz-Vincent

Philippe Droz-Vincent est professeur agrégé en sciences politiques et en relations internationales. Spécialiste du monde arabe il est professeur à Sciences-Po Grenoble. Ses recherches portent sur le rôle de l’armée et de la sécurité dans les pays du Moyen-Orient, les révolutions arabes, l’autoritarisme et les processus de transition démocratique.  Il est l’auteur de Moyen-Orient, pouvoirs autoritaires et sociétés bloquées, Paris, PUF, 2004, de Vertiges de la puissance, le moment américain au Moyen-Orient, La Découverte, 2007 et du Moyen-Orient, le cavalier bleu, 2009.

 

Jacques Ehrenfreund

Jacques Ehrenfreund est professeur titulaire de la Chaire d’histoire des Juifs et du judaïsme à l’Université de Lausanne. Historien spécialiste de l’histoire des Juifs et du judaïsme à l’époque moderne et contemporaine, Jacques Ehrenfreund s’intéresse à la question de la construction des groupes et des identités sociales à l’ère de la nationalisation des sociétés européennes et au rôle rempli par les héritages religieux dans ce cadre. Il est l’auteur, avec Jean-Philippe Schreiber de : Les marranismes. De la religiosité cachée à la société ouverte, Éditions Demopolis, 2014 ; avec Pierre Gisel, Religieux, société civile, politique. Enjeux et débats historiques et contemporains, Éditions Antipodes, 2012.

 

Kate Fisher

 

Antoine Garapon

Ancien magistrat et juge pour enfants, Antoine Garapon a fondé l’Institut des Hautes Etudes sur la Justice (IHEJ), où il observe les mutations de la place du droit dans nos sociétés. Il anime sur France culture une émission consacrée à la pensée juridique, « Le Bien commun ». Il a développé sous le même nom une collection d’ouvrages, aux éditions Michalon, qui permettent de présenter des auteurs qui, sans être juristes, ont une réflexion éclairante sur le droit. Antoine Garapon a publié plus de 30 ouvrages sur le droit et la justice dont, récemment: « La Raison du moindre État. Le néolibéralisme et la justice » (Odile Jacob, 2010); « Deals de justice – Le marché américain de l’obéissance mondialisée » (avec Pierre Servan-Schreiber), PUF, 2013; « La Prudence et l’Autorité: Juges et procureurs du XXIe siècle » (avec Boris Bernabé et Sylvie Perdriole), Oldile Jacob, 2014. Il anime l’émission « Le bien commun » sur France-Culture et participe au comité de rédaction de la revue Esprit.

 

Romain Graziani

Après des études de philosophie et de chinois classique en France, en Angleterre puis aux Etats-Unis, Romain Graziani s’est consacré à l’histoire intellectuelle de la Chine ancienne et médiévale. Il a publié diverses études (traductions et essais) sur le taoïsme ancien (dont Ecrits de Maître Guan. Les Quatre Traités de l’Art de l’esprit; Fictions philosophiques du Tchouang-tseu; Les Corps dans le taoïsme ancien). Ses autre études abordent les visions et les usages du corps dans la médecine chinoise comme dans l’école ritualiste, la condition des fonctionnaires et les formes d’écriture du Soi (Une Voix pour l’évasion. Hsi K’ang et sa lettre de rupture). Depuis quelques années, il étudie la genèse et le développement de l’autorité politique et prépare une monographie sur Han Fei (mort en -233), qui jeta les bases de l’idéologie de la monarchie impériale et du pouvoir absolu. Il est actuellement professeur en études chinoise à l’Ecole normale supérieure de Lyon et co-dirige l’Institut d’Asie Orientale (CNRS).

 

Florent Guénard

Florent Guénard, agrégé et docteur en philosophie, est maître de conférences à l’Université de Nantes et chercheur associé au Collège de France (chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique). Il est également le directeur de la rédaction du site laviedesidees.fr. Spécialiste de philosophie politique et morale, il fait porter ses recherches sur la question des conditions de possibilité d’un universalisme démocratique, qu’il a abordée à travers ses études de la pensée de Jean-Jacques Rousseau (son livre Rousseau et le travail de la convenance, Champion, 2004 a été suivi de nombreux articles) et ses enquêtes sur les formes d’existence contemporaines de la démocratie  (il a co-dirigé les volumes Peuples et populisme, Puf, 2013 et La Démocratie à l’œuvre. Autour de Pierre Rosanvallon, Seuil, 2015). Son récent livre La Démocratie universelle. Philosophie d’un modèle politique (Seuil, 2016) s’inscrit dans le sillage de ces travaux.

Aux frontières de l’humain « La démocratie : un modèle humain universel ? »

 

Frédéric Gugelot

Frédéric Gugelot, est professeur agrégé en histoire contemporaine, à l’Université de Reims (Champagne-Ardennes), et membre du CERHiC (Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle). Ses recherches portent principalement sur l’histoire culturelle du religieux. Il est l’auteur de : La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2015 et La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, C.N.R.S. Éditions, 1998, 533 p. Nouvelle édition revue, 2010 ; il a codirigé avec Cécile Vanderpelen et Jean-Philippe Warren, L’engagement créateur. Écritures et langages des personnalismes chrétiens au XXesiècleCOnTEXTES, n°12, 2012.

Aux frontières de l’humain « Les prêtres sont-ils des humains comme les autres ? »

 

Gert Hekma

Gert Hekma taught sex and gender studies which was gay and lesbian studies back in the eighties and nineties (1984-2017). He published profusely on the history and sociology of (homo)sexuality such as Homoseksualiteit, een medische reputatie (1987), De roze rand van donker Amsterdam (1992; The pink margin of dark Amsterdam), Homoseksualiteit van 1730 tot de moderne tijd (2004), ABC van perversies (2009) and coedited The Pursuit of Sodomy (1989), Het verlies van de onschuld. Seks in Nederland (1990, The loss of innocence), Gay Men and the Sexual History of the Political Left (1995), Sexual Cultures in Europe (two volumes, 1999), The Cultural History of the Modern Age (2011) and, with Alain Giami, Sexual Revolutions (2014, French Révolutions sexuelles, 2015) and many articles in the academic and popular press, co-organized exhibits, lectures for the Mosse Foundation and conferences like Among Men, Among Women (1983).

 

Liora Israël

 

Peter Jackson

Peter A. Jackson PhD is Emeritus Professor of Thai history and cultural studies in the Australian National University’s College of Asia and the Pacific. Over the past 30 years, he has written extensively on modern Thai cultural history, with special interests in religion, sexuality and critical approaches to Asian histories and cultures. Peter Jackson was editor-in-chief of Asian Studies Review, flagship journal of the Asian Studies Association of Australia, from 2009 to 2012 and he is a member of the editorial collective of Hong Kong University Press’s Queer Asia monograph series. Peter Jackson founded the Thai Rainbow Archives Project, which with support from the British Library’s Endangered Archives Programme, has collected and digitised Thai gay, lesbian, and transgender magazines and community organisation newsletters. His most recent books are: “The Ambiguous Allure of the West: Traces of the Colonial in Thailand” (with Rachel Harrison HKUP 2010), “Queer Bangkok: 21st Century Markets, Media and Rights” (HKUP 2011), “The Language of Sex and Sexuality in Thailand” (with Pimpawun Boonmongkon, Silkworm Books, Chiang Mai 2012,) and “Cultural Pluralism and Gender/Sex Diversity in Thailand” (with Narupon Duangwises, Princess Sirindhorn Anthropology Centre, Bangkok, 2013). His most recent book, “First Queer Voices from Thailand: Uncle Go’s Advice Columns for Gays, Lesbians and Kathoeys”, was published by HKUP in April 2016.  He is collaborating with Prof. Bénédicte Brac de la Perrière (Centre Asie du Sud-Est, CNRS-EHESS Paris) to establish a network of scholars interested in the resurgence of spirit possession rituals across the Buddhist societies of mainland Southeast Asia. He is  currently writing a book on the political dimensions of new cults of wealth and other non-orthodox forms of ritual in Thailand.

 

Jane Jenson

Jane Jenson est professeure émérite au Département de science politique de l’Université de Montréal.  Elle est devenue titulaire de la Chaire de recherche du Canada en citoyenneté et en gouvernance en  2001 (renouvelée en 2008), boursière principale de 2004 au 2017 du Programme Bien-être collectif (Successful Societies) de l’Institut canadien des recherches avancées (www.cifar.ca), et lauréate de la Fondation Trudeau du 2005 à 2008.  Ses recherches portent sur les politiques sociales et les transformations des paradigmes de régulation sociale, avec une perspective de genre et féministe. Depuis 20 ans elle suit l’instrumentation de la perspective de l’investissement social en Amérique latine comme en Europe, avec publications dans Social Politics, Journal of Social Policy, Social Policy and Administration, etc. Son ouvrage le plus récent est Reassembling Motherhood. Procreation and Care in a Globalized World (avec Y. Ergas et S. Michel) Columbia University Press, 2017.

 

Akinobu Kuroda

Akinobu KURODA, docteur en philosophie (l’Université de Strasbourg), maître de conférences à l’Université de Strasbourg où il enseigne l’histoire de la littérature et de la pensée japonaises. Thèse : Enjeux, possibilités et limites d’une philosophie de la vie. Kitarô NISHIDA au miroir de quelques philosophes français, Lille, ANRT, Thèse à la carte, 2004. Articles : « Une philosophie de la vie en train de se faire  — la philosophie de Nishida au miroir de la phénoménologie française — » (la revue trimestriel Kan, vol. 16, Éd. Fujiwara, paru en janvier 2004 en japonais) ; « Le Ciel vide et la terre saturée. Le néant médiateur, silencieux, ouvert et passible » dans Notions esthétiques. Résonances entre les arts et les cultures, Harmattan, 2013 ; « Le geste dans le théâtre nô : approche philosophique — réflexion phénoménologique sur la forme vivante, mise en scène dans le théâtre  » dans La fleur cachée du Nô, Honoré Champion, 2015.

 

Henry Laurens

Henry Laurens est historien, professeur au Collège de France titulaire de la chaire «Histoire contemporaine du monde arabe ». Docteur d’État et agrégé d’histoire, il est reconnu comme l’un des grands spécialistes du Moyen-Orient. Ses derniers ouvrages abordent les relations entre l’Orient et l’Europe, les crises et l’évolution du monde arabe contemporain. Henry Laurens est professeur invité au cours du mois de novembre à la MSH. Pour une bibliographie complète et d’informations complémentaires sur ses enseignements en ligne connectez-vous sur le site internet du Collège de France.

 

Guillaume Le Blanc

Guillaume le Blanc est Professeur à l’Université Paris Est Créteil où il est titulaire de la chaire de philosophie pratique et Directeur du Département de philosophie. Il est également membre associé du Centre International de Philosophie Française Contemporaine (ENS Ulm). Spécialiste internationalement reconnu de philosophie sociale, il mène des recherches dans la triple direction de la philosophie pratique, de la philosophie de la médecine et d’un dialogue avec les courants de la philosophie contemporaine qui relèvent de la théorie critique. Ses travaux allient ainsi l’histoire de la sociologie à une philosophie de la normativité située à l’intersection du vital et du social, d’où la mobilisation de la philosophie pratique et la philosophie de la médecine de matière à articuler la philosophie politique à la question de la vulnérabilité. Il est l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels Canguilhem et les normes (Puf, 1998 et 2008), La vie humaine. Anthropologie et biologie chez Georges Canguilhem (Puf, 2002 et 2010), L’esprit des sciences humaines (Vrin, 2005), Vies ordinaires, vies précaires (Seuil, 2007), L’invisibilité sociale (Puf, 2009), Dedans, dehors. La condition d’étranger (Seuil, 2011), Que faire de notre vulnérabilité ? (Bayard, 2011), La philosophie comme contre-culture (Puf, 2014), La fin de l’hospitalité (avec Fabienne Brugère, Flammarion, 2017)

 

Hélène Michel

Hélène Michel est Professeure de science politique à l’Université de Strasbourg et Directrice de l’Unité Mixte de Recherche « Sociétés, Acteurs, Gouvernements en Europe » qui regroupe plus d’une centaine de chercheurs. Après une formation pluridisciplinaire en sciences sociales (philosophie, économie, sociologie), elle a réalisé sa thèse de doctorat en science politique à l’EHESS. Spécialisée sur la sociologie politique de l’Union européenne, elle travaille sur l’activité des groupes d’intérêt (entreprises, ONG, organisations syndicales et patronales). Les deux projets principaux auxquels elle consacre ses recherches pour l’instant sont, premièrement, les conflits d’intérêts dans le domaine du médicament et, deuxièmement, l’analyse et à la comparaison des rôles, ressources et compétences des magistrats non professionnels élus ou désignés par les salariés qui statuent dans les juridictions du travail sur des litiges ayant trait aux droits des travailleurs.

 

Thomas Pierret

Thomas Pierret est Chargé de Recherches au CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence. De 2011 à 2017, il était rattaché à l’Université d’Edimbourg, où il a occupé la fonction de Senior Lecturer in Contemporary Islam et dirigé le Centre for the Advanced Study of the Arab World (CASAW). Titulaire d’un doctorat en Science politique de Sciences Po Paris et de l’Université de Louvain, il a effectué des séjours postdoctoraux à l’Université de Princeton et au Zentrum Modern Orient de Berlin. Depuis 2004 ses recherches portent sur l’islam politique en Syrie. Il est l’auteur de Religion and State in Syria (Cambridge University Press, 2013) et l’éditeur de Devenir révolutionnaire. Au cœur des révoltes arabes (Armand Colin, 2013).

 

Philippe Portier

Philippe Portier est, depuis 2007, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Paris-Sorbonne), où il occupe la chaire « Histoire et sociologie des laïcités », et dont il est membre du Conseil scientifique. Depuis 2008, il est directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Agrégé de science politique, il était, avant d’être élu à la Sorbonne, professeur à l’Université de Rennes 1, dont il dirigeait le master de science politique et l’École doctorale Droit, Science politique et Philosophie. Membre, durant plusieurs années, du Conseil national des Universités (2002-2009), il est également professeur à Sciences-Po Paris où il enseigne en Master la théorie politique. Membre des comités éditoriaux des Archives en Sciences Sociales des Religions et de Teoria e cultura, il dirige aux Presses Universitaires de Rennes deux collections, « L’Univers des Normes » et « Sciences des Religions ». Ses recherches portent principalement sur l’analyse comparée des régimes de sécularité, la sociologie et la philosophie de la laïcité française, la relation religion/politique, la sociologie du catholicisme, la théorie de la démocratie, la philosophie politique contemporaine.

 

Diane Roman

Diane Roman est juriste, agrégée de droit public et professeure des Universités. Depuis sa thèse de doctorat (1996-2000), soutenue à la Sorbonne, ses recherches portent sur les droits fondamentaux, qu’elle aborde sous l’angle notamment du droit social et du droit de la santé. Elle travaille aux frontières du droit public et du droit privé, du droit international et du droit français, sur le traitement juridique des questions sociales (pauvreté, égalité, droits des femmes, droit de la protection sociale). Diane Roman a publié chez Dalloz en 2013 avec Stéphanie Hennette Vauchez un ouvrage d’ensemble sur le régime juridique des droits de l’Homme et des libertés fondamentales; la 2e édition est parue en 2015. Après avoir été maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, Diane Roman a rejoint l’Université François-Rabelais à Tours et mène ses travaux de recherches au sein du CREDOF, Université Paris Ouest Nanterre la Défense et du LERAP à Tours. Elle préside la section de droit public et de sciences politiques de l’Université de Tours. En 2011, Diane Roman a été nommée membre de l’Institut Universitaire de France. Depuis 2015, Elle est membre de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme et préside la sous-commission « Société, Ethique et éducation aux droits humains ».

Aux frontières de l’humain « Droits de l’homme ou droits humains ? Vers une universalité inclusive »

 

Patrick Savidan

Patrick Savidan est professeur de philosophie politique à l’Université de Paris-Est Créteil; il est également le fondateur et le directeur actuel de la rédaction de la revue internationale Raison publique, consacrée à la philosophie morale et politique (site de la revue : ). Co-fondateur en 2002 de l’Observatoire des inégalités et membre du conseil scientifique du PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture, service interministériel), il intervient régulièrement auprès des collectivités locales et des responsables politiques en qualité d’expert sur les questions sociales et politiques. Spécialiste internationalement reconnu de théorie politique, il consacre ses recherches aux questions liées à la théorie de la justice, aux enjeux de l’inégalité sociale et aux modèles du multiculturalisme. Il a dirigé et écrit de nombreux ouvrages, parmi lesquels La République ou l’Europe ? (dir., Livre de poche, 2004), Dictionnaire des sciences humaines (dir. avec Sylvie Mesure, Puf, 2006), Repenser l’égalité des chances (Hachette, 2007 et 2010), Le multiculturalisme (Puf, 2009 et 2011), Voulons-nous vraiment l’égalité ? (Albin Michel, 2015).

 

Annique Smeding

Annique Smeding est Professeure de Psychologie sociale à l’Université Savoie Mont Blanc (France) et rattachée au Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie : Personnalité, Cognition, Changement Social (LIP/PC2S). Elle a réalisé sa thèse de doctorat en Psychologie sociale à l’Université de Toulouse (France), puis des recherches post-doctorales à Clermont Université (France) et à l’Université de Lausanne (Suisse). Ses travaux de recherche portent sur la régulation sociale de la cognition et de la motivation, la cognition sociale implicite, ainsi que l’auto-présentation et la valeur sociale. Dans le cadre de ces travaux, elle s’intéresse notamment à l’émergence et à l’influence des stéréotypes de genre liés aux disciplines académiques, ainsi qu’aux motivations sociales des élèves en contexte académique. Ces travaux collaboratifs ont fait l’objet de publications dans diverses revues internationales, dont Psychological Science et Journal of Personality and Social Psychology. Elle est directrice adjointe de son laboratoire, co-responsable d’un Master 2 de Psychologie, éditrice associée d’une revue internationale et  a été nommée membre titulaire du Conseil National des Universités en France. Elle participe à des contrats de recherche marqués par une forte interdisciplinarité et réalise de nombreuses expertises pour des revues internationales et des agences de financement de la recherche.

 

Shogo Suzuki

Shogo Suzuki is Senior Lecturer at the Department of Politics, University of Manchester. His primary research interests are Chinese and Japanese foreign policy and Sino-Japanese relations, and has published articles on these subjects in European Journal of International Relations, Millennium, The Pacific Review, Pacific Affairs, and Journal of Contemporary China. He is also the author of Civilization and Empire: China and Japan’s Encounter with European International Society, as well as editor (with Yongjin Zhang and Joe. Quirk) of International Orders in the Early Modern World: Before the Rise of the West (both with Routledge).

 

Mathieu Trachman

Mathieu Trachman est sociologue à l’Institut national d’études démographiques, Paris, et coresponsable du master « Genre, politique et sexualité » de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Il a notamment publié Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes (La Découverte, 2013), avec Laure Bereni, Le genre. Théories et controverses (Puf, 2014) et l’entrée « Désir(s) » dans L’encyclopédie critique du genre (La Découverte, 2016). Il travaille actuellement sur les violences de genre, les sexualités minoritaires et les enjeux méthodologiques que posent les analyses contemporaines des homosexualités.

 

Matthew Waites

Dr. Matthew Waites is Senior Lecturer in Sociology in the School of Social and Political Sciences at the University of Glasgow, and Visiting Professor at the Université libre de Bruxelles during 2017-18. He is author of The Age of Consent: Young People, Sexuality and Citizenship (Houndmills: Palgrave Macmillan, 2005); and co-editor (with Corinne Lennox) of Human Rights, Sexual Orientation and Gender Identity in the Commonwealth: Struggles for Decriminalisation and Change (London: School of Advanced Study, 2013). He is co-editor with Patricia Hynes, Michele Lamb and Damien Short, of three special issues on sociology and human rights, including issues of the International Journal of Human Rights in 2010 (‘Sociology and Human Rights: New Engagements’) and 2012 (‘New Directions in the Sociology of Human Rights’), and a special issue of Sociology ‘The Sociology of Human Rights’ in October 2012. He also co-edited (with Kelly Kollman) ‘The Global Politics of LGBT Human Rights’, special issue of Contemporary Politics (Vol.15, no.1, March 2009). He has authored articles in journals including Sociology, Social and Legal Studies, Parliamentary Affairs, International Journal of Human Rights, Contemporary Politics and Sexualities. A recent article published online in The Sociological Review is titled ‘LGBTI Organisations Navigating Imperial Contexts: The Kaleidoscope Trust, the Commonwealth and the need for a Decolonizing, Intersectional Politics’ (DOI: 10.1111/1467-954X.12424); it will appear in print in Volume 65, no.4, in November 2017.  The article ‘Genocide and Global Queer Politics’ is in press for the Journal of Genocide Research.  Dr. Waites is a co-founder of Glasgow Human Rights Network and an Associate Director of the Centre for Research on Families and Relationships.   He is also a series editor of the new Global Queer Politics book series for Palgrave Macmillan, co-edited with Jordi Díez, Sonia Corrêa and David Paternotte.

 

Phillip Ayoub

Phillip M. Ayoub is an assistant professor of politics at Drexel University. He received his Ph.D. from the Department of Government at Cornell University in 2013, and also spent a year as Max Weber Fellow in the Department of Political and Social Sciences at the European University Institute. His research bridges insights from international relations and comparative politics, engaging with literature on transnational politics, gender and politics, norm diffusion, and the study of social movements. He is the author of “_When States Come Out: Europe’__s__ Sexual Minorities and the Politics of Visibility_” (Cambridge University Press, 2016) and, with David Paternotte, « _LGBT Activism and the Making of Europe: A Rainbow Europe_ » (Palgrave, 2014). Other publications have appeared or are forthcoming in Comparative Political Studies, the European Journal of International Relations, the European Political Science Review, the Journal of Human Rights, Mobilization and Perspectives on Europe. For more information, please see http://www.phillipmayoub.com/

Workshop « The Role of Values in EU Governance : “Human Dignity” from Theory to Practice »
Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « When States Come Out: Europe’s Sexual Minorities and the Politics of Visibility
 »

 

Céline Béraud

Céline Béraud travaille sur des sujets de recherche très proches de ceux qui sont au centre de l’Action de recherche concertée « Révolution sexuelle et (dé)pilarisation de 1960 à 2000 : une spécificité belge ? Contribution à une histoire des normes de genre et de sexualité ». Pendant son séjour à l’ULB, elle collaborera étroitement, dans une approche comparative et interdisciplinaire, avec les professeurs David Paternotte (STRIGES), Cécile Vanderpelen (CIERL) et d’autres chercheurs de ce projet. Céline Béraud pourra aussi être une personne de référence pour les doctorants qui s’inscrivent dans les mêmes thématiques et qui recourent à des méthodes comparables. Sa participation active au séminaire « Genre(s) et Sexualité(s) » permettra d’approfondir des liens déjà tissés lors de rencontres antérieures. De nouvelles possibilités de collaboration (colloques ou publications en commun, thèses en cotutelle, etc.) pourront ainsi être explorées. Céline Béraud prendra part aux enseignements du Master en Sciences des Religions et de la Laïcité, notamment dans le cadre du cours d’« Histoire du christianisme » (Monique Weis et Cécile Vanderpelen).

Conférence « Etre fervent-e catholique et marié-e en couple de même sexe »
Conférence « Enquêter sur le genre et la sexualité en terrain catholique. Considérations méthodologiques« 

 

Martin Breaugh

Martin Breaugh est Professeur au département de sciences politiques de la York University de Toronto. Il s’intéresse à l’histoire de la pensée politique, en particulier les questions de liberté et d’émancipation, la théorie politique française moderne et contemporaine, ainsi que les théorie de la démocraties. Traducteur de Miguel Abensour en anglais, Martin Breaugh est l’auteur, notamment, de « The Plebeian Experience. A Discontinuous History of Political Freedom », publié en 2013, ainsi que « Thinking Radical Democracy: The Return to Politics in Postwar France » (avec Christopher Holman et al. eds), publié en 2015.

Conférence « L’oligarchie aujourd’hui »

 

Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon est agrégée, docteure et habilitée en histoire. Elle est professeure en histoire contemporaine du genre à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et spécialiste de l’histoire du mouvement féministe en France après la deuxième guerre mondiale et de l’histoire de la sexologie du XIXe siècle au XXe siècle. Elle a contribué au développement d’Arpege, un réseau universitaire d’études de genre (voir:  ) et a créé le réseau de Masters Arpege.

Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Sexologies européennes : convergences et divergences du Nord au Sud XIXe-XXe siècle »

 

Matteo Colleoni

Matteo Colleoni est Professeur de Sociologie urbaine à l’Università degli Studi di Milano Bicocca . Ses domaines de recherche sont la sociologie de l’environnement et des territoires, la sociologie des mobilités urbaines, la sociologie des temporalités sociales et des politiques temporelles urbaines, ainsi que la méthodologie de la recherche en sciences sociales. Il a récemment co-dirigé avec Paola Pucci l’ouvrage understanding Mobilities for Designing contemporary Cities (Ed. Springer, 2016)

Séminaire « Villes et inégalités sociales d’accès. Théories et résultats d’une recherche appliquée aux personnes âgées »
Cours « Mobilité et changements urbains : lire l’histoire des métropoles à travers la mobilité de leurs populations »
Séminaire « Régions métropolitaines et zones périurbaines en Italie. Une proposition méthodologique basée sur les flux de mobilité et la densité des fonctions métropolitaines »

 

 

Magalie Flores-Lonjou

Magalie Flores-Lonjou est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à la faculté de droit de l’Université de La Rochelle. Elle y enseigne le droit public français et européen. Ses recherches dans le laboratoire CEREGE LR-MOS EA 1722 sont relatives à la représentation cinématographique des questions juridiques, judiciaires et politiques, mais également aux questions pédagogiques à l’université. Elle a notamment co-dirigé: « La famille au cinéma. Regards juridiques et esthétiques », préface de Marie-Anne Frison-Roche, Mare et Martin, coll. Droit et cinéma, 2016, ainsi que « Le travail, entre droit et cinéma », préface d’Alain Supiot, PUR, coll. L’univers des normes, 2012. Magalie Flores-Lonjou co-anime le Blog Droit et cinéma : http://lesmistons.typepad.com/

Conférence « La justice de classe(s) à l’écran », séance du 18 avril 2017

 

Eric Gobe

Éric Gobe est directeur de recherches au CNRS et chercheur à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Spécialiste du Maghreb et en particulier du système politique tunisien, il s’intéresse sur ce terrain à la sociologie des professions et des élites (ingénieurs, avocats, etc.), incluant une perspective historique. Il est l’auteur, notamment, de Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance (avec Larbi Chouikha), paru aux Editions La Découverte en 2015, et de Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution (1883-2011). Sociohistoire d’une profession politique, paru en 2013.

Conférence : « Penser les relations avocats/magistrats dans la Tunisie indépendante: conflictualité professionnelle et enjeu politique »

 

Boris Grésillon

Boris Grésillon est professeur de Géographie à l’Université d’Aix-Marseille. Spécialisé dans la géographie de l’art (Grésillon B., Géographie de l’art. Ville et création artistique, Paris, Economica, 2014), il observe depuis de longues années comment la culture, ou plutôt les cultures et leurs acteurs, participent à la métropolisation des villes, comment ils en redessinent les espaces et les formes, participent à faire bouger les lignes des identités urbaines, comment ils contribuent – directement ou indirectement – à forger les représentations et les trajectoires des villes sur la scène internationale.

Discussion croisée entre Boris Grésillon et les participant-e-s
Visite de terrain dans le quartier du WIELS (Forest)
Projection – Débat « Capitales européennes de la culture. Et après ? »

 

Sophie Guérard de Latour

Sophie Guérard de Latour entretient déjà des liens étroits avec les professeurs Justine Lacroix (Centre de théorie politique) et Jean-Philippe Schreiber (Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité). Son séjour à l’ULB permettra d’approfondir ceux-ci et de développer de nouveaux projets de collaboration (journées d’études, publications en commun, thèses en cotutelle, etc.). Sophie Guérard de Latour sera une personne de référence pour le doctorants qui travaillent sur des sujets connexes ou qui ont recours à des méthodologies proches. Elle participera activement à plusieurs enseignements des Masters en Sciences politiques (cours de Justine Lacroix) et en Sciences des Religions et de la Laïcité (cours de Jean-Philippe Schreiber).
Le 27 octobre à 10h dans grande salle du CIERL, Sophie Guérard de Latour interviendra dans le cadre du cours Statut des cultes et convictions dans l’Union européenne. Elle parlera des droits culturels en Europe, notamment à partir de la lecture que Will Kymlicka fait du multiculturalisme européen, et précisera la notion de « droits culturels » en creusant les questions que pose l’écart entre culture et religion.

Conférence « Quelle place pour la religion dans les démocraties multiculturelles ? Les nouveaux visages de la tolérance libérale et de la laïcité républicaine »
Conférence « La politique de la différence, une lecture féministe du multiculturalisme »

 

Xavier Guchet

Après une thèse consacrée à la portée philosophique du concept d’évolution technique, Xavier Guchet a constamment associé la réflexion philosophique et les enquêtes de terrain et a participé à plusieurs recherches en collaboration avec des sociologues. Ces recherches ont porté sur différents processus d’automatisation. Xavier Guchet se consacre depuis 2006 aux enjeux philosophiques des nanotechnologies. Il a participé au programme ANR Bionanoethic (2006-2008) et coordonne le programme ANR Nano2e (2010-2012) dédié à l’étude croisée des aspects épistémologiques et éthiques des nanotechnologies. Il a co-organisé entre 2007 et 2009 un séminaire sur les nanotechnologies dans le cadre de l’Institut de Recherche et d’Innovation (centre Georges Pompidou).

Conférence « La médecine personnalisée »
Conférence « L’agentivité » (agency) des artefacts : approches contemporaines de la normativité technique

 

James Ingram

James Ingram’s main interests are in modern, especially contemporary, continental political theory, from Kant and Rousseau via Marx to Critical Theory, deconstruction, and post-Marxism. He has recently completed a manuscript that tries to rethink the idea of cosmopolitanism through a critical examination of the failures of top-down universalisms. His current research extends this work by exploring particular areas of especially transnational politics, including human rights, culture, democracy, and representation. He has also worked extensively as a translator from French (Jacques Derrida, Étienne Balibar, Jacques Rancière) as well as German (Axel Honneth, Reinhart Koselleck, Hauke Brunkhorst).

Conference « The Historical Significance of the Question of the Political »

 

Bruno Karsenti

Bruno Karsenti est directeur de recherches à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et a enseigné aux universités d’Aix-Marseille, de Lyon et de Paris I. Il a étudié la tradition sociologique et anthropologique, et la place qu’elle occupe dans la formation de la pensée politique moderne. Son approche des questions politiques se fonde sur l’apport spécifique des sciences sociales et le déplacement conceptuel qu’elles opèrent. Il a analysé le paradigme structural, pragmatiste et phénoménologique en sciences sociales. Il s’est aussi attaché à suivre la voie de la psychanalyse dans la définition d’une identité collective de type proprement politique. Dans « D’une philosophie à l’autre », paru en 2013, il caractérise et illustre la nouvelle pratique de la philosophie qu’induit la prise en compte des sciences sociales comme formation de savoir et pratique de connaissance constitutives de ce qu’on nomme modernité. En 2013, la médaille d’argent du CNRS lui a été décernée pour l’ensemble de ses travaux.

Conférence « Critique religieuse et critique de la religion. Un défi contemporain »
Conférence « Autour de la définition du socialisme »

 

Roman Kuhar

Roman Kuhar is an Associate Professor at the Department of Sociology, Faculty of Arts, University of Ljubljana, and teaches courses on gender, sexuality, popular culture and everyday life. He holds a PhD in sociology and is currently the head of the Department of Sociology and the head of its research unit.
He is the author of numerous scientific articles and several books, among others Media Construction of Homosexuality (2003), At the Crossroad of Discrimination (2009), Intimate Citizenship (2010), co-author (with A. Švab) of The Unbearable Comfort of Privacy (2006, Peace Institute) and co-editor (with J. Takács) of Beyond The Pink Curtain: Everyday life of LGBT people in Eastern Europe (2007) and Doing Families: Gay and Lesbian Family Practices (2011).

Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « From closet to transparent closet : everyday life of gays and lesbians in Slovenia »
Congrès « Publier sur le genre et la sexualité, un défi professionnel / To Publish in Gender and Sexuality Studies, a professional Challenge »

 

Reinoud Leenders

Dr. Reinoud Leenders est politologue enseignant -chercheur à l’université King’s College de Londres. Arabisant, il est reconnu pour ses recherches sur les crises et les conflits au Moyen-Orient. Ses intérêts de recherche et d’enseignement se concentrent sur la politique au Moyen-Orient en général, la Syrie , le Liban et l’Irak en particulier.
Son travail porte sur l’ économie politique de la corruption, la gouvernance autoritaire, les réfugiés et les conflits. Il a publié plusieurs articles dans des revues universitaires, il est aussi l’auteur de Spoils of Truce : Corruption and State Building in Post – war Lebanon (Cornell University Press 2012)

Conférence « On the Syrian civilian conflict (TBC) »

 

Jean-Michel Leniaud

Jean-Michel Leniaud est Professeur d’Histoire de l’art de l’époque contemporaine à l’Ecole nationale des chartes, qu’il a dirigé de 2011 à à216. Diplômé de l’École pratique des hautes études, docteur d’État en droit et détenteur de l’habilitation à diriger des recherches en lettres et sciences humaines, Jean-Michel Leniaud est connu notamment pour ses travaux sur l’histoire du patrimoine et sur l’histoire de l’architecture. Ses axes de recherches principaux sont la politique et l’histoire du patrimoine, l’histoire de la restauration monumentale, l’Art nouveau, ainsi que les relations entre art et politique. Auteurs de nombreuses publications sur ces thèmes, Jean-Michel Leniaud a également été inspecteur des monuments historiques de 1977 à 1990.

Conférence « Les destructions durant la Révolution française »

 

Marylène Lieber

Marylène Lieber est sociologue, professeure en études genre à l’Université de Genève. Ses travaux portent sur les violences, l’espace public et les migrations. Elle a publié notamment Genre, violences et espaces publics, la vulnérabilité des femmes en question (Presses de Science po, 2008) et « Qui dénonce le harcèlement de rue ? Un essai intersectionnel de géographie morale » in Fassa Farinaz, Roca Marta et Lépinard Eleonore (dir.), Les usages de l’intersectionnalité (La Dispute, à paraître).

Conférence : Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Penser la ville inclusive ou le (faux) dilemme entre anti-sexisme et anti-racisme »

 

Pierre-Jean Luizard

Directeur de recherche au CNRS-Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL), Pierre-Jean Luizard est historien du monde arabe reconnu pour ses recherches sur l’Irak contemporain, les sociétés civiles arabes et le chiisme contemporain. Il a séjourné plusieurs années dans la plupart des pays arabes du Moyen-Orient, particulièrement en Syrie, au Liban, en Irak, dans le Golfe et en Egypte. Historien de l’islam contemporain dans ces pays, il s’est particulièrement intéressé à en mettre en valeur les différentes manifestations, ainsi que le rôle joué par chacune d’elles dans les systèmes politiques en place : histoire du clergé chiite en Irak, histoire du réformisme musulman, notamment à travers la réforme d’Al-Azhar, et de l’islam populaire tel que les confréries soufies le structurent en Egypte. Son dernier ouvrage Daech : ou le retour de l’Histoire révèle les racines historiques de la naissance et du développement de l’Organisation de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie.

Conférence « Le clergé politique chiite »

 

Lionel Obadia

Pendant son séjour comme professeur invité, Lionel Obadia développera les collaborations déjà existantes avec plusieurs collègues de l’ULB, tant au CIERL (Jean-Philippe Schreiber) que dans le cadre du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes contemporains (LAMC, Joël Noret). De nouveaux projets en commun pourront ainsi être envisagées (colloques, thèses en cotutelle, etc.). Lionel Obadia sera une personne de référence pour tous les doctorants et chercheurs qui travaillent sur le fait religieux dans une approche anthropologique ou en ayant recours à des concepts et méthodes inspirés par l’anthropologie. Il participera activement à plusieurs séminaires spécialisés, tant au CIERL que dans d’autres centres de recherche. Il présentera ses travaux dans le cadre d’une conférence ouverte à un plus large public, ce qui nous permettra aussi de donner un écho médiatique à sa présence à Bruxelles. Enfin, Lionel Obadia interviendra dans le cadre de plusieurs cours, tant dans le Master en Anthropologie que dans le Master en Sciences des Religions et de la Laïcité.

Conférence « Actualité de l’anthropologie des religions »
Workshop « Religion et magie » 

 

Daniela Piana

Daniela Piana est professeure à l’Université de Bologne et chercheure associée à l’Institut des Hautes Etudes sur la Justice à Paris, après des séjours postdoctoraux à l’Institut européen de Florence et à l’Université de Berkeley. Son travail se situe à la frontière entre les sciences politiques et le droit public. Elle a notamment travaillé sur les réformes de la Justice en Europe. Daniela Piana est spécialiste des réformes constitutionnelles et judiciaires des PECO ainsi que des pays de l’Europe du Sud. Impliquée comme experte auprès du Ministère de la Justice italien, comme formatrice dans les Ecoles de la magistrature ou comme co-présidente Groupe de recherche EGPA Sociologie de l’Etat, Daniela Piana a pris part aux tables rondes de l’OCDE sur l’égalité de l’accès à la justice.

 

Peter Stones

Peter Stone teaches and researches in heritage management, interpretation and education at the University of Newcastle. He’s working in the International Centre for Cultural and Heritage Studies (ICCHS) in the School of Arts and Cultures. Between 1998 and 2008, he was Honorary Chief Executive Officer of the World Archaeological Congress. In 2003 he was archaeological advisor to the UK Ministry of Defence prior to the invasion of Iraq and is currently involved in research into the practicalities and ethics of cultural heritage experts working with the military. Peter was awarded an OBE in the 2011 Queen’s Birthday Honours List for services to heritage education.

International workshop « Destroying archaeological heritage in time of conflicts crossed perspectives »

 

Wibo van Rossum

Wibo van Rossum is legal sociologist and anthropologist interested in multiculturalism, legal cultures and legal profession. He is interested in cultural diversity conflicts in the area of family law and the increasing tendency to frame multicultural family problems in terms of fundamental (human) rights (freedom of religion, rights of the child). Wibo van Rossum is associate professor in socio-legal studies at Erasmus University Rotterdam and he published on « Dutch Legal Culture » in 2016 (how legal and youth care professionals deal with child protection issues while religious and ethno-cultural values play a background role), and the use of visuals in teaching socio-legal courses (« Visuals for a critical legal profession », in 2016).
Research seminar : « Selective mobilisation of ‘culture’ in judicial settings »

 

Barbara Villez

Barbara Villez est professeur de langues et cultures juridiques à l’université Paris 8 et chercheur associé au sein du laboratoire Communication et Politique du CNRS. Elle dirige à l’Institut des Hautes études sur la Justices (Paris) le groupe de recherche « Justices, Images, Langues, Cultures » (JILC). Elle étudie les représentations iconiques du droit et s’intéresse en particulier aux séries judiciaires télévisées, américaines et françaises. Cette recherche a abouti à l’ouvrage « Séries télé : visions de la justice » (Presses Universitaires de France, 2005), publié en version anglaise par Routledge en 2009 sous le titre « Television and the Légal System ».