Natacha Chetcuti-Osorovitz, première postdoc de la MSH

Natacha Chetcuti-Osorovitz est sociologue, ses travaux portent sur les rapports entre genre et sexualité. Elle mène actuellement une recherche sur les formes de sociabilité des femmes en situation carcérale.  Cette recherche explore les conditions matérielles de vie des femmes détenues pour de longues peines et analyse la place et les usages de la violence dans la reconfiguration des normes de genre. L’enquête en cours permet d’ouvrir la réflexion scientifique de la sociologie de la prison aux questions de genre.
Elle est l’auteur de Se dire lesbienne, vie de couple, sexualité, représentation de soi (Payot, 2013 [1er de. 2010]). Elle a co-dirigé des ouvrages et écrit de nombreux articles dont les plus récents : « Sexualités entre femmes et usage numérique » (Sociologia Historica); « Féminismes contemporains et controverses du pacte laïque en France : d’un modèle d’émancipation à sa confrontation plurielle » (L’Homme et la Société) ; « La part de l’anthropologie clinique dans le processus de subjectivation des hommes auteurs de violence conjugale », dans Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes (PUR) ; « Ordre de genre, ordre sexuel et antisémitisme. La convergence des extrêmes dans les mouvements d’opposition à la loi sur le “mariage pour tous” en France » (Estudos da Religião, avec Fabrice Teicher).

> STRIGES