Coordinateurs

DAVID PATERNOTTE 

msh_striges_membres_paternotte

David Paternotte enseigne en sociologie et en études européennes et codirige l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) et le Séminaire Sextant. Il a publié Revendiquer le « mariage gay » : Belgique, France, Espagne (2011) et codirigé, entre autres, le Ashgate Research Companion to Lesbian and Gay Activism (2015), LGBT Activism and the Making of Europe (2014). Il prépare l’ouvrage collectif Anti-Gender Campaigns in Europe (2017) et une monographie sur l’ILGA. Il est codirecteur de la revue Sextant (Editions de l’Université de Bruxelles) et de la collection Global Queer Politics (Palgrave).
Profil complet


VALÉRIE PIETTE 

msh_striges_membres_piette

Professeure d’histoire contemporaine, Valérie Piette y est titulaire de différents enseignements dont Histoire de l’époque contemporaine et Histoire du genre (en collaboration avec Muriel Andrin). Sa thèse de doctorat a porté sur l’histoire de la domesticité en Belgique au XIXème siècle (Servantes et domestiques : des vies sous condition. Essai sur le service domestique  1789-1914). Depuis deux décennies, ses recherches portent essentiellement sur l’histoire des femmes, du féminisme, du genre et des sexualités.  Elle a été commissaire de l’exposition « Pas ce soir chéri(e) ? Histoire de la sexualité aux XIX et XXème siècles » et codirige la revue et le Séminaire Sextant. Depuis la rentrée académique 2016, elle est conseillère pour la politique de genre de l’ULB

 

Comité de gestion

SARA AGUIRRE 

msh_striges_membres_aguirre

Sara Aguirre Sánchez-Beato est doctorante à la Faculté de sciences psychologiques et collaboratrice scientifique du Centre Perelman de philosophie du droit, où elle participe à l’Equality Law Clinic. Porteuse d’un Master en Études de Genre (U. Valencia), son projet de thèse porte sur la discrimination à l’égard des personnes transgenres dans le monde du travail avec une perspective interdisciplinaire psychologie-droit.


NAWAL BENSAÏD 

msh_striges_membres_bensaid

Nawal Bensaïd est doctorante au GERME. Sa thèse traite de l’impact des référents normatifs sur les trajectoires conjugales des descendants de migrants congolais et marocains. L’analyse de ces trajectoires, envisagées dans une perspective de genre, vise à montrer la diversité des dynamiques individuelles, structurelles et institutionnelles à l’œuvre dans le choix conjugal.


JEAN-DIDIER BERGILEZ

msh_striges_membres_bergilez

Jean-Didier Bergilez est licencié en philologie romane, agrégé de l’enseignement secondaire supérieur et architecte. Il enseigne le projet, la théorie et l’histoire contemporaine de l’architecture à la Faculté d’Architecture de l’ULB / ISA-La Cambre (Bruxelles) depuis 2002 et y coordonne depuis 2011 hortence, le laboratoire de recherche en Histoire, Théorie, Critique. Il a fait partie des comités de rédaction des revues Criticat et Clara, avant de rejoindre celui de Sextant. Ses recherches actuelles portent principalement sur les rapports entre Espace(s), Genre(s) et Sexualité(s).


JULIE DE GANCK 

msh_striges_membres_de-ganck

Julie De Ganck est historienne spécialiste de l’histoire du genre en médecine à l’époque contemporaine. Elle a notamment étudié les réactions médicales face aux anomalies sexuelles et à l’« hermaphrodisme » en Belgique contemporaine (1830-1914). Elle a récemment défendu sa thèse de doctorat, intitulée « Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles, 1870-1935 ». Ses recherches post-doctorales portent sur l’histoire francophone de la gynécologie.


PATRICIA MÉLOTTE

msh_striges_membres_melotte

Doctorante au Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle, l’objectif de ma thèse est d’étudier directement les interactions sexistes afin d’identifier les facteurs intervenant aux différentes étapes de celles-ci et d’ainsi comprendre ceux qui permettent ou empêchent les femmes d’exprimer leur insatisfaction lorsqu’elles sont victimes de propos sexistes. Deux types de facteurs seront principalement étudiés : les émotions (peur et colère) et l’évaluation des coûts et bénéfices tels que la volonté de ne pas être perçue comme une râleuse ou celle d’exprimer son insatisfaction. »
Profil complet


LAURENCE ROSIER

msh_striges_membres_rosier

Laurence Rosier est professeure en langues et littératures romanes. Spécialiste des questions de circulation des discours et de la violence verbale, elle s’attache à la question du genre dans le cadre de l’étude de l’insulte et des espaces de discours genrés (grivoiserie, éloquence, pornographie…). Son Petit traité de l’insulte publié en 2006 va être réédité dans une version augmentée. Elle a également rédigé le catalogue de l’exposition itinérante Salope et autres noms d’oiselles (ULB 2015).


CAROLINE SIMON

msh_striges_membres_simon

Caroline Simon est titulaire d’un diplôme de candidature en Philosophie et d’un Master en droit public. Elle est assistante-doctorante au sein  du Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique de la Faculté de droit de l’ULB. En parallèle de ses travaux doctoraux portant sur les familles étrangères face à la justice familiale belge, son intérêt pour la question du genre l’a amenée à développer d’autres axes de recherche, notamment sur la féminisation de la magistrature en Belgique et le droit des personnes transgenres.
Profil complet

 

Membres

 ARAA AL JARAMANI

msh_striges_membres_araa

I am a postdoc researcher at the Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality (GERME, Institute of Sociology, ULB), funded by a Khaled Al As’ad grant (ULB). I study the Syrian feminist movements and their relationship with the Arab Spring, through the prism of their activities on online social networks. My previous research on the topic focussed on Arabic feminist literature, in collaboration with the Arab Reform Initiative (in Paris and Beirut). I hold a PhD in Arabic Literature and criticism (Damascus University, Syria, 2012), and worked as a lecturer at Euphrates Univerity (Syria, 2008-2012), freelance journalist, and script writer. Fleeing from war and injustice in Syria, I found asylum in the Netherlands, where I founded the « Syrian Women in the Netherlands SVNL », a NGO for the empowerment of Syrian women refugees.


MURIEL ANDRIN

msh_striges_logo

Muriel Andrin est chargée de cours au sein du Master en écriture et analyse cinématographiques. Elle est également porte-parole du Centre de recherches SAGES (Savoirs, Genre et Sociétés). Ses recherches portent principalement sur la représentation des femmes dans le cinéma, sur les réalisatrices ainsi que sur les variations syncrétiques entre le cinéma et l’art contemporain.


AURÉLIE AROMATARIO

msh_striges_membres_aromatario

Après un master en sociologie qui lui a permis d’aborder des questions liées au genre, à la sexualité ou encore au féminisme et aux mouvements sociaux, Aurélie Aromatario est assistante chargée d’exercice et contribue à une recherche concernant l’adoption au sein de familles hétéro-, mono- et homoparentales en Fédération Wallonie-Bruxelles. Disposant d’une expérience professionnelle dans le secteur associatif féministe, elle est également titulaire d’une  licence en langues et littératures romanes et d’un diplôme en gestion culturelle.


VALÉRIE ANDRÉ

msh_striges_membres_andre

Valérie André est maître de recherches au FNRS. Disciple de Raymond Trousson et de Roland Mortier, elle étudie l’histoire de la littérature et des idées des XVIIIe et XIXe siècles. Membre de la classe des lettres de l’Académie royale de Belgique depuis 2011, elle a codirigé le Dictionnaire des femmes des Lumières (2015) et consacre actuellement l’essentiel de ses recherches à Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes. Elle est l’auteure de plusieurs monographies (Le Roman du libertinage, 1782-1815 (1997), Le Traité sur la tolérance de Voltaire (1999), Les Mémoires de Jean-Baptiste Louvet ou la tentation du roman (2000), Réflexions sur la question rousse (2007), La Rousseur infamante (2014)) et éditions critiques.


ELENA AVRAMOVSKA

msh_striges_logo

Elena Avramovska is completing her PhD degree at the ULB and at the University of Geneva, as part of the PhD program ‘Globalization, Europe and Multilateralism’. Her research focuses on the nexus between gender equality and historical institutionalism in a non-western context. She holds a BA in journalism from the University of Saint Cyril and Methodius in Skopje and a MA in Global Studies from the University of Leipzig and the University of Vienna. She has worked as a gender consultant for the United Nations Industrial Development Organization (UNIDO) and the Ministry of Environment and Physical Planning of Macedonia.


NARGES BADSAR

msh_striges_membres_badsar

Through my Master in Social & Cultural Anthropology at KU Leuven, I acquired a solid foundation of qualitative research methods and techniques and a diversified perspective with regard to socio-cultural dynamics. During my studies I also developed interest in women’s agency and started a PhD on “Iranian Women’s agency in the patriarchal Islamic society of Iran”. My areas of interest are Gender, Social agency, Everyday form of resistance, Feminism, Ethnography, Qualitative & Quantitative analysis, Computational Humanities.


ARIANE BAZAN

msh_striges_membres_bazan

Docteure en Biologie (Gand, 1997) et en Psychologie (Lyon, 2009), Ariane Bazan est professeure de Psychologie Clinique à l’ULB. Elle a une pratique de psychanalyste et est l’auteure de Des fantômes dans la voix. Une hypothèse neuropsychanalytique sur la structure de l’inconscient (2007). Elle est lauréate du prix Clifford Yorke en neuropsychanalyse 2008 et l’éditrice en chef de la section “Psychoanalysis and neuropsychoanalysis” de Frontiers in Psychology. Dans le domaine de la sexualité et du genre, sa réflexion tente d’expliciter, dans une approche dite ‘neuropsychanalytique’, ce que sexuel veut dire (en contraste avec le ‘non-sexuel’), ainsi que le rôle du corps, et du rapport au corps, quant au destin psychique singulier.


LETICIA BENDELAC GORDON

msh_striges_membres_bendelac-gordon

Leticia Bendelac Gordon est docteure en sociologie (Changement Social) de l’Universidad Complutense de Madrid (UCM). Collaboratrice scientifique à l’ULB et responsable du département de Genre et Développement de l’Institut Universitaire de Développement et Coopération de l’UCM, elle mène des activités de  formation et de consultance dans les domaines du développement, du genre et de la résolution des conflits. Elle coordonne le Séminaire Sextant.


DAVID BERLINER

msh_striges_membres_berliner

Docteur en anthropologie et ancien coéditeur de la revue Social Anthropology/Anthropologie Sociale, David Berliner est professeur à l’Université libre de Bruxelles. Il a effectué son post-doctorat à Harvard et a enseigné à la Central European University (Budapest). Ses thèmes privilégiés de recherche sont la genre et les sexualités, la mémoire sociale, le patrimoine et la transmission culturelle, en particulier en Guinée-Conakry et au Laos. Il est l’auteur de Mémoires religieuses Baga (2016) et a codirigé World Heritage on the Ground (2016), Anthropology and Nostalgia (2014) et Learning Religion (2007).
Profil complet 


PHILIPPE BERNARD

msh_striges_membres_bernard

Mes travaux portent sur les mécanismes cognitifs impliqués dans la perception des corps sexualisés. Sur base de théories féministes et psychosociales abordant le rôle du genre dans l’objectification d’autrui, je mobilise des méthodes issue des neurosciences cognitives et sociales afin de mieux comprendre les processus visuels impliqués dans l’objectification du corps masculin et féminin.
Profil complet


JOSSFIN BOHN

msh_striges_membres_bohn

Jossfinn Bohn, née en 1991 en, est diplomée d’un Master en études littéraires et linguistiques de l’ULB. Elle débuta son cursus dans le domaine des langues germaniques en 2010 à l’ULB. Lors de son Bachelier, elle concentra son attention principalement sur l’allemand et l’anglais, étudia ensuite le néerlandais en sujet complémentaire et passa le premier semestre de l’année 2012-2013 à l’Université de Leipzig dans le cadre du programme Erasmus. Suite à son diplôme de Bachelier, Jossfinn opta pour un programme de Master à l’ULB avec finalité littéraire et, grâce au programme dit « adapté », elle pu ajouter le néerlandais à ses langues majeures. Pendant ces deux années, Jossfinn développa un intérêt certain pour les études sur le genres et cultures, mais aussi pour les études coloniales et post-coloniales. Son mémoire, qui s’intitule Adalbert Stifter: Zwischen Aufbruch und Tradition1, analyse certains ouvrages de l’auteur autrichien en s’orientant sur l’étude littéraire du genre. En septembre 2015, Jossfinn a obtenu son diplôme de Master et en octobre 2016 elle a reçu une bourse seed money à l’ULB dans le domaine des études littéraires néerlandophones. Actuellement, elle prépare son projet doctoral sous la guidance du Professeur Stéphanie Loriaux. Son projet doctoral s’intitule De drang naar literaire categorisering: vloek of zegen? Een receptie- en analytisch onderzoek naar de literaire productie van zogenaamde “migrantenschrijfsters”2.


EMMANUELLE BRIBOSIA

msh_striges_logo

Emmanuelle Bribosia enseigne le droit européen et les droits de l’homme, dirige le Centre de droit européen et est conseillère pour la politique de diversité de l’ULB. Elle coordonne aussi le Master de spécialisation en droit européen. Ses recherches se concentrent sur la protection internationale et européenne des droits de l’homme et sur le droit de l’égalité et de la non-discrimination. Intégrée dans plusieurs réseaux d’excellence, elle a participé à de nombreux projets internationaux. Emmanuelle Bribosia est également membre de l’European Network of Legal Experts in the Non-discrimination Field et du Berkeley Comparative Anti-Discrimination Law Study Group.


LYNN BRUYERE

msh_striges_membres_bruyere

Doctorante au Centre de recherches criminologiques et travaillant au  sein de l’Action de Recherche Concertée (ARC) ‘Sex & Pil’, ma recherche porte sur la manière dont la « révolution sexuelle » a influencé, entre les années 1960 et 2000, les pratiques d’encadrement moral des mineurs dits « en danger » placés au sein d’institutions de Protection de la jeunesse catholiques belges.


BEATRIZ CALVO MARTIN

msh_striges_logo

Beatriz Calvo Martín est enseignante en Langue et Didactique de l’espagnol. Elle étudie l’écriture des femmes, la mémoire et l’identité, la migration et l’exil dans la littérature hispanique et québécoise, souvent dans une perspective comparée. Elle a soutenu en 2011 une thèse de doctorat intitulée La recuperación de la memoria en la obra de Dulce Chacón y de Marie-Célie Agnant : guerra, migración, esclavitud, represión. Elle est l’auteure de plusieurs articles et de Mémoire et engagement dans l’écriture au féminin en Espagne et au Québec (Presses de l’Université Laval).


BEATRIZ CAMARGO

msh_striges_membres_camargo

Beatriz Camargo’s main areas of interest are migration and gender, especially concerning Latin-American migration, migration and labor policy and migration and integration issues. Her doctoral thesis in Sociology (ULB) focuses on the formalization of domestic work in Belgium and migrant domestic workers’ experience in switching from informal to formal domestic work.
Thesis


ISABELLE CARLES

msh_striges_membres_carles

Isabelle Carles est chargée de recherche au Centre METICES. Ses recherches portent sur les lois et les politiques publiques de lutte contre les discriminations, l’immigration et l’intégration des populations étrangères ou d’origine étrangère dans l’Union européenne, analysées sous une perspective de genre. Elle a notamment effectué une recherche sur l’usage genré des lois visant à lutter contre les discriminations raciales en Belgique et coordonné le projet transnational européen GendeRace. Ces travaux constituent les premières recherches empiriques menées sur les discriminations multiples selon une approche multi-disciplinaire basée sur le droit et la sociologie.


ANNALISA CASINI

msh_striges_membres_casini

Annalisa Casini est Docteure en sciences psychologiques et chargée de cours à l’UCL. Elle fait partie de IPSY et du CIRTES. Ses intérêts de recherche portent sur les liens entre genre, travail et bien-être de travailleurs et travailleuses avec une attention particulière aux dynamiques de reconnaissance professionnelle. Dans le passé elle a travaillé sur les stratégies identitaires impliquées dans le phénomène du « plafond de verre ». Elle coordonne depuis 2005 le cycle de conférence « Atelier Genre(s) et Sexualité(s) » à l’ULB.
Profil complet 


MERIAM CHEIKH

msh_striges_logo

Mériam Cheikh travaille sur l’économie intime au Maroc qu’elle analyse sous plusieurs angles (culture sexuelle juvénile, économies culturelles et du divertissement, inégalités spatiales, criminalisation et assignations à l’ordre sexuel et social). Ses recherches à moyen terme portent sur la définition et la transformation des classes populaires marocaines à travers les modalités d’élaboration des masculinités et leurs rapports au politique. Elle est actuellement rattachée au Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales (Rabat – CNRS) & à l’University of Edinburgh (IMES).


NATACHA CHETCUTI-OSOROVITZ

msh_striges_membres_natacha-chetcuti

Natacha Chetcuti-Osorovitz est post-doctorante à STRIGES et chercheuse associée à l’Université Paris 8 et à l’Université de Lausanne. Elle mène actuellement une recherche les formes de sociabilités des femmes incarcérées en longue peine. Elle est l’auteur de Se dire lesbienne, vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010) et a codirigé plusieurs ouvrages, dont La face cachée du genre (2012). Ses articles parus en 2016 comprennent « Ordre de genre, ordre sexuel et antisémitisme. La convergence des extrêmes dans les mouvements d’opposition à la loi sur le “mariage pour tous” en France en 2014 » et « Féminismes contemporains et controverses du pacte laïque en France ». http://www.natachachetcuti.com/


CAROLINE CLOSON

msh_striges_logo

Caroline Closon est professeure au Centre de Psychologie du Travail et de la Consommation. Ses enseignements s’axent sur les questions d’orientations scolaires, de gestion des parcours et transitions professionnels et de la psychologie du personnel. Ses recherches actuelles s’articulent autour de la question des discriminations au travail dues à l’orientation sexuelle, au genre et à l’identité de genre.


ANNE-SOPHIE CROSETTI

msh_striges_membres_crosetti

Aspirante du FNRS, Anne-Sophie Crosetti est doctorante en sociologie au Centre METICES sous la direction de Valérie Piette et Guy Lebeer. Elle réalise une socio-histoire des plannings familiaux catholiques durant la « révolution sexuelle » dans le cadre de l’Action de Recherche Concertée (ARC) ‘Sex & Pil’. Elle a notamment étudié à l’Université Paris VIII et à l’Université de Cambridge.


ENHAO CUI 

msh_east_membres_cui-enhao

Upon obtaining my MA in English literature under the joint supervision of Central China Normal University and Copenhagen University fixating on the work of the much underappreciated Barbara Pym, I decided to see how far I could fare on the riveting journey in the convoluted maze of academia. I am currently working my PhD thesis entitled “Confronting the Abjection: Aged Women’s Self-Empowerment and Identity Construction in British Female Reifungsroman, 1977-2002”. This thesis sets as its task to afford attention to one marginalized group that previously eludes much academic attention: aged women. In the meantime, I became very engaged in an utterly independent research on the “lavender marriage” (xing hun) between Chinese gay men and lesbians as a disguise mechanism to keep their sexuality in low profile.


VALÉRIE DE COCK

msh_striges_membres_de-cock

Après mon année d’Erasmus à Clermont-Ferrand (France) et après avoir terminé mon bachelier en Psychologie à la KUL, j’ai réalisé un master à l’ULB. J’ai ensuite parcouru l’Amérique du Sud tout en contribuant à différents projets de volontariat. Actuellement chercheuse à l’ULB, je travaille sur deux projets relatifs à la thématique de la diversité de genre dans le monde académique, sous la direction de Cécile van de Leemput et Caroline Closon.


SALVATORE D’AMORE

msh_striges_membres_d-amore

Salvatore D’Amore exerce en tant que Professeur de Psychologie Clinique de l’Enfance, de l’Adolescence et de la Parentalité à la Faculté de Sciences Psychologiques et de l’Education à l’Université Libre de Bruxelles depuis Octobre 2016. Déjà à l’Université de Liège, ou’ il a enseigné pendant dix ans, il s’est intéressé aux questions psychologiques liées à diversité de couple et familiale. Ses recherches portent sur le développement des enfants et des adolescents au sein des familles nées de la médicine de la procréation ; les facteurs de changement des attitudes vis à vis à des couples gays et lesbiens et des familles homoparentales et la variance de genre chez l’enfant et l’adolescent et leurs relations familiales.


CHANEL DE HALLEUX

msh_striges_membres_de-halleux

Aspirante du FNRS et doctorante en langues et lettres depuis octobre 2013, je mène mes recherches sous la direction de Valérie André. Relevant de l’histoire littéraire et de l’histoire culturelle, ma thèse porte le titre provisoire « Fanny de Beauharnais (1737-1813) : femme de lettres et ‘salonnière’ du tournant des Lumières ».


PIERRE DESMAREZ

msh_striges_logo

Pierre Desmarez enseigne la sociologie générale, la méthodologie, la sociologie du marché du travail et la comparaison internationale. Ses intérêts de recherche incluent l’analyse longitudinale, la segmentation du marché du travail, les accidents de travail, la professionnalisation et l’histoire de la sociologie du travail et de l’industrie. Il a été et est impliqué dans plusieurs projets de recherche internationaux. Il a publié des articles dans des revues comme Sociologie du travail, L’année sociologique et Le travail humain. Il préside le comité de gestion du Fonds des accidents du travail.


LAURA DI SPURIO

msh_striges_membres_di-spurio

Aspirante FRS-FNRS en histoire, Laura Di Spurio a réalisé une thèse intitulée Comment l’adolescence vient aux filles : discours, modèles et réalités. Une histoire de l’adolescence féminine en Belgique francophone (1919-1960) (2016). Elle est notamment l’auteure de Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968) (Le Cri, 2012). Titulaire d’une bourse de la BAEF, elle est Visiting Scholar à l’University of California Berkeley en 2016-2017 pour travailler sur le projet « Raising a Scientifically Correct Child. Towards a History of the Interplay between North American and European Ideas on Child-Rearing ».


VALENTINE DUHANT

msh_striges_membres_duhant

Doctorante en sociologie, je travaille sur la mise en œuvre des politiques d’activation dans le cadre de l’aide sociale en Belgique, particulièrement dans les services d’insertion socioprofessionnelle des CPAS wallons et bruxellois. J’analyse les façons dont cette mise en œuvre contribue à dessiner – ou redessiner – les frontières de la « division sexuelle du travail » en cherchant à mettre au jour les normes de genre sous-jacentes aux pratiques des CPAS.


NICOLE GALLUS

msh_striges_membres_gallus

Nicole Gallus est licenciée en sciences politiques et docteure en sciences juridiques, avocate et professeure à l’ULB (faculté de droit). Elle est également membre du Comité consultatif de bioéthique de Belgique et ses domaines de recherches portent essentiellement sur la procréation, la filiation, les composants de l’identité, la protection des personnes vulnérables et l’euthanasie.


ROSANNA GANGEMI

msh_striges_mmebres_rosanna-gangemi

Rosanna Gangemi est doctorante en Littérature allemande à l’ULB. Sa Thèse, au carrefour entre la littérature et la philosophie de l’image, porte sur la question du regard dans les œuvres de Marlen Haushofer (1920-1970), auteure autrichienne peu connue, redécouverte par les études féministes dans les années 1980. Diplômée en Sciences de la Communication, puis en Patrimoine culturel et enfin en Philosophie avec un projet de recherche sur les écrits d’art de Günther Anders, elle a codirigé DROME magazine (2004-2015). Depuis 2014, elle écrit régulièrement pour ETC MEDIA ainsi que pour des revues scientifiques (Studi Francesi, Ética e Filosofia Política, Kaiak, …). Elle s’est occupée de questions de genre avec une perspective sociologique en contribuant à la rédaction de Mutamento sociale, diritti, parità di genere (LED, 2004).


SARAH GANTY

msh_striges_membres_ganty

Sarah Ganty is a PhD researcher at the Center for European law and the Perelman Center for Legal Philosophy (Faculty of law) of the Université Libre de Bruxelles (ULB). Her PhD research draws a comparative study of civic integration policies for migrants in the EU. In 2010, Sarah graduated with a Master’s degree in Law at the Université Catholique de Louvain (UCL). Afterwards, she worked as a lawyer at the Bar of Brussels and was also a teaching assistant at the Faculty of Law of the UCL. Sarah is part of Belgian non-profit organizations for human rights and migrants’ rights and participates in the organization of the Equality Law Clinic. She is also affiliated with the research network The Global Challenge of Human Rights Integration: Towards a Users’ Perspective. Her fields of interest are migrants’ law (refugee law, immigration law and integration law), EU law, discrimination law, Human Rights law and gender studies.


MARIE KATHARINA GILOW

msh_striges_membres_gilow

Après des études en sciences politiques et géographie en France (IEP Lille) et en Allemagne (WWU Münster), je me suis spécialisée en urbanisme. Je me suis notamment intéressée aux questions de mobilité urbaine et d’inégalités spatiales, ce qui m’a amenée à étudier la manière dont le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public affecte leurs déplacements quotidiens. Actuellement, j’approfondis la question de la mobilité et du genre à travers une thèse de doctorat focalisée sur les femmes qui ont des enfants à charge et qui occupent un emploi.


CAROLINE GODART

msh_striges_membres_godart

Caroline Godart est collaboratrice scientifique à l’ULB et chargée de cours à l’IHECS. Diplômée en langues et littératures germaniques (ULB), elle a obtenu un master en littératures anglaises et américaines et études féminines à l’université Brandeis (États-Unis) et un doctorat en littérature comparée et études de cinéma (Rutgers). Elle a publié son premier livre, ‘The Dimensions of Difference: Space, Time, and Bodies in Women’s Cinema and Continental Philosophy, en 2016 (Rowman and Littlefield).


LOUISE DE MORATI

msh_striges_membres_louise

Titulaire d’un master en sociologie, Louise Grillon de Morati contribue actuellement à une recherche menée par le Striges sur l’adoption en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ses expériences précédentes – mémoire de master et stage de recherche – ont porté sur les questions afférentes aux enjeux urbains bruxellois et aux inégalités sociales, plus spécifiquement l’accès logement acquisitif et les dynamiques culturelles dans les quartiers centraux.


AHMED HAMILA

msh_striges_membres_hamila

Aspirant FNRS, Ahmed Hamila mène ses recherches doctorales selon une convention de cotutelle entre l’Université de Montréal où il est rattaché à l’IRTG Diversity et l’Université Libre de Bruxelles où il est rattaché au centre METICES. Sa thèse porte sur la mise en oeuvre des politiques européennes d’asile liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre en Belgique, en France et au Royaume-Uni. Ses intérêts de recherche portent sur l’Union européenne, la sociologie de l’administration, les études de genre, les migrations et les théories de la citoyenneté.


CATHY HERBRAND

msh_striges_logo

Docteure en sociologie de l’ULB, Cathy Herbrand est enseignante-chercheure au sein du « Reproduction Research Group » à De Montfort University (Royaume-Uni). Elle est également membre du Comité consultatif de bioéthique belge. Ses recherches portent sur la famille, le genre, les biotechnologies et la génétique. Ses recherches actuelles explorent l’usage de nouvelles technologies reproductives dans le contexte de maladies génétiques. Elle est également impliquée dans plusieurs projets internationaux, notamment sur la bio-économie des dons d’ovules (ESRC Grant) et sur la gestation pour autrui (CNRS).


ROSINE HORINCQ

msh_striges_membres_horincq

Chercheuse en psychologie, je suis aussi formatrice et superviseuse sur les questions de genre pour différents publics professionnels. Je poursuis également ma pratique psychothérapeutique systémique en privé. Actuellement, je réalise des recherches sur les questions d’orientations sexuelles, de coming out, de fluidité sexuelle et des contraintes et répressions de genre et de sexualité à l’égard des filles et des femmes.
http://www.psychogenre.org/


DAG HOUDMONT

msh_striges_membres_houdmont

Dag Houdmont a étudié les langues et littératures germaniques (anglais-néerlandais) à l’Université de Gand. Après avoir travaillé dans le monde du théâtre et de la presse, il enseigné à Bruxelles, Lille, Namur et Louvain-la-Neuve. Depuis 2011, il est assistant en littérature néerlandaise à l’ULB. Il s’intéresse surtout au théâtre contemporain, au travel writing, aux short stories, à l’identité et à l’imagologie. Depuis 2015, il prépare une thèse sur l’identité chez Tom Lanoye, auteur belge néerlandophone. L’analyse est basé sur le concept d’hétérotopie de Michel Foucault et une grande partie de la thèse portera sur l’identité de genre.


IVANA ISAILOVIC

msh_striges_membres_ivana-picture

Ivana Isailovic is the Emile Noël Fellow at NYU School of Law. She works on the interplay between transnational law and questions of identity formation and marginalization. Her research and teaching interests include transnational law, family law, human rights law, gender studies and critical legal theory. Prior to joining NYU, Ivana was the Boulton fellow at McGill Faculty of Law where she taught a seminar on Social Diversity and Law. She holds a PhD from Sciences Po Paris and was a post-doctoral researcher at ULB where she coordinated and helped create the Equality law clinic and taught courses. She holds a Master Degree from Sorbonne University and a joint degree from Columbia Law School, Sciences Po and Sorbonne University.


SOPHIE JACQUOT

msh_striges_membres_jacquot

Sophie Jacquot est docteure en science politique, spécialiste de sociologie de l’action publique et de l’intégration européenne. Ses travaux portent sur les transformations des politiques européennes, notamment dans le domaine social, de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes et les discriminations. Elle a récemment publié « Transformations in EU Gender Equality. From Emergence to Dismantling » (Palgrave, 2015).Après deux ans en tant que chercheuse Marie Curie, elle est actuellement chargée de mission auprès de la directrice scientifique de Sciences Po et collaboratrice scientifique au CEVIPOL (ULB). Elle est également directrice adjointe de la revue Politique européenne.


JÉRÉMY JENARD

msh_striges_membres_jenard

Jérémy Jenard a récemment intégré le département de Communication Multilingue de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication en tant que Doctorant (ReSIC). Sa recherche, sous la supervision de Laura Marina Calabrese, porte sur l’analyse du discours médiatique, profane et activiste dans le but de mettre en exergue une évolution négative de la perception et la connotation des termes « féministe(s) » et « féminisme(s) » de 1990 à aujourd’hui. Il est titulaire d’un Master en Communication Multilingue (ULB, 2015) et d’un Bachelier en Traduction et Interprétation (ILMH, 2010). Il a également travaillé en tant que Coordinateur Editorial pour viEUws, média spécialisé en affaires européennes.


CORALINE JORTAY

msh_striges_membres_jortay

Coraline Jortay est aspirante FNRS et doctorante en littérature chinoise à l’ULB. Dans ses recherches, elle s’intéresse aux représentations du genre et aux processus de construction identitaire chez les auteures sinophones du 20e siècle, ainsi qu’à la manière dont le monologue intérieur et le style indirect libre peuvent être mobilisés comme outils d’expression féministe dans les œuvres de celles-ci. Également traductrice littéraire, elle a remporté les 2e et 3e prix du Concours international de traduction de la Chine 2013 avec les nouvelles « Là-haut », de Wang Xiangfu, et « La lettre », de Liu Qingbang – deux portraits de femmes dans la Chine contemporaine.
CV complet


OLIVIER KLEIN

msh_striges_membres_klein

Je suis professeur de psychologie sociale. Dans le domaine du genre, mes travaux portent notamment sur la perception d’autrui en fonction de son genre. Je m’intéresse en particulier aux processus d’objectivation et de déshumanisation des femmes sexualisées. Je dispense par ailleurs le cours de psychologie et interculturelle et du genre avec Laurent Licata.
Profil complet


AMANDINE LAURO

msh_striges_membres_lauro

Amandine Lauro est historienne et chercheure qualifiée du FNRS. Ses recherches se situent au carrefour de l’histoire du genre et de l’histoire de colonisation et interrogent les articulations des catégories de race, de genre et de sexualité et des enjeux de pouvoir qui s’y attachent en contexte impérial, particulièrement en Afrique Centrale. Elle développe actuellement un nouveau projet de recherche sur l’histoire des violences sexuelles en République démocratique du Congo.
Profil complet
WordPress


FRANCOISE LAUWAERT

msh_striges_membres-lauwaert

Sinologue et anthropologue, Françoise Lauwaert a obtenu son doctorat en sinologie à Paris VII/Collège de France (1987). Elle enseigne l’histoire et la culture chinoise, ainsi que des cours de traduction du chinois vers le français. Ses recherches portent sur l’histoire et l’anthropologie de la parenté, la justice et le droit impérial, le cinéma et les nouvelles narrations historiques en Chine. Elle est notamment l’auteure de Recevoir, conserver, transmettre. L’adoption dans l’histoire de la famille chinoise. Aspects religieux, sociaux et juridiques (Peeters, 1991), Le meurtre en famille. Parricide et infanticide en Chine ( XVIIIe-XIXe siècle) (Odile Jacob, 1999), Les Trois rêves du mandarin (Fondation Mercator, 2009) et Puissance et pouvoirs de l’écriture chinoise (Académie Royale, 2015).


SOPHIE LECLÈRE

msh_striges_membres_leclere

Diplômée d’Histoire médiévale à l’Université Libre de Bruxelles (2011), Sophie Leclère est doctorante en Histoire médiévale à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (sous la direction d’Eric Bousmar) et à l’Université Libre de Bruxelles (sous la direction d’Alain Dierkens). Ses recherches portent sur les transgressions matrimoniales et sexuelles dans la norme à l’époque carolingienne (VIIIe – IXe siècle). Elle est depuis 2014 assistante chargée d’enseignement à l’Université Saint-Louis dans les facultés de Droit et de Philosophie et Lettres.


LAURENT LICATA

msh_striges_membres_licata

Laurent Licata est professeur de psychologie sociale et interculturelle, Vice-Recteur à la politique académique et à la gestion des carrières, en charge de la politique de diversité et de genre. Ses recherches portent sur les liens entre mémoires collectives, identités sociales, et relations entre groupes, sur les relations interculturelles et, grâce à Patricia Mélotte, sur les réactions des femmes face au sexisme.
Profil complet


JINGHONG LIU

msh_striges_membres_jinghong

Jinghong Liu studies the situation of female working poors in Belgian and Chinese labor markets, with a focus on welfare systems. She studied at Renmin Univerty (Beijing) and at the University of Mining and Technology (Jiangsu). She has spent four years investigating the problems of left-at-home women in south China, and had researched China Petition (letters and call), especially in relation to migrant female workers in Beijing.


VINCENT LOUIS

msh_striges_membres_louis

Romaniste et docteur en philosophie & lettres, titulaire d’un cours de théories littéraires en seconde master, j’y consacre un chapitre sur les études de genre appliquées aux textes littéraires, dans une perspective « post-structuralistes ».


RENAUD MAES

msh_striges_membres_maes

Renaud Maes est docteur en Sciences (or. Physique, 2010) et docteur en Sciences sociales et politiques (or. Sciences du Travail, 2014). Il a coordonné la cellule « valorisation des acquis de l’expérience » du service de formation continue de l’ULB, avant de devenir chercheur à l’Observatoire de la Vie étudiante. Il a rejoint, à partir de janvier 2015, le Collectif formation société (CFS) et l’Université populaire de Bruxelles. Ses travaux portent sur l’action sociale de l’enseignement supérieur et la reproduction des inégalités sociales, le travail social, les squats et l’extrême précarité, la prostitution, la pornographie et les salles de sports.


BÉRENGÈRE MARQUES-PEREIRA

msh_striges_membres_marques-pereira

Bérengère Marques-Pereira est professeure de l’Université et présidente de l’Université des Femmes. Ancienne présidente, elle a créé le groupe ‘genre et politique’ au sein de l’Association belge de Science Politique. Membre du Centre METICES, elle a été directrice du Centre de Sociologie politique et du groupe d’Etudes latino-américaines de l’Institut de Sociologie. Elle a été professeure invitée dans plusieurs universités en Europe et dans les Amériques. Elle est l’auteure de nombreuses publications sur la citoyenneté sociale et politique des femmes en Europe et en Amérique latine, et sur la politique latino-américaine.


MARIA MARTIN DE ALMAGRO

msh_striges_membres_martin-de-almagro

Maria Martín de Almagro est professeure assistante au Vesalius College, Vrije Universiteit Brussel. Elle a obtenu un Marie Curie Fellowship à l’University of Cambridge, qui lui permettra d’étudier le traitement du genre dans les Commissions de Vérité et Réconciliation à partir d’août 2017. Ses recherches se focalisent sur les politiques internationales sur le genre et les études critiques de sécurité. Elle a fait une thèse doctorale sur la mise en place de la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies 1325 sur les Femmes, la Paix et la Sécurité au Burundi et au Libéria.


MAÏTÉ MASKENS

msh_striges_membres_maskens

Docteure en anthropologie, Maïté Maskens est maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles. Dans ses recherches doctorales, elle s’est intéressée aux re-définitions du genre par l’appartenance religieuse au pentecôtisme à Bruxelles. Ses recherches post-doctorales explorent les imbrications du genre avec le fonctionnement de la bureaucratie en Belgique dans le cadre d’une ethnographie de la mise en œuvre de la lutte contre les mariages blancs à Bruxelles. Elle y explore les régimes de moralité des agents au travers des concepts de romantisme et de féminisme bureaucratique. Elle est l’auteure d’une monographie « Cheminer avec Dieu : pentecôtismes et migrations à Bruxelles » (2013) et a coordonné un numéro thématique de la revue Migrations Sociétés « Mariages et migrations : l’amour et ses frontières (2013) ».


JULIETTE MASQUELIER

msh_striges_logo

Juliette Masquelier est doctorante en Histoire contemporaine, mandatée par le FRESH (FNRS) et rattachée au Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité de l’Université Libre de Bruxelles. Après des études de philosophie et de sciences des religions, elle poursuit ses recherches sur les formes contemporaines du religieux à travers sa thèse portant sur les théories et pratiques de l’émancipation des femmes dans des associations catholiques belges depuis la fin des années 1960.


DANIÈLE MEULDERS

msh_striges_membres_meulders

Ancienne conseillère à la politique de genre du recteur et du président de l’ULB, Danièle Meulders dirige l’équipe de recherche Economie et Genre du département d’économie appliquée (DULBEA). Elle a été directrice adjointe du groupement de recherche européen marché du travail et genre en Europe (MAGE-Université Paris Descartes) et membre du groupe d’experts de la Commission européenne Genre et Emploi (EGGE). Elle a aussi enseigné à Genève et à Strasbourg. Ses recherches portent sur les inégalités femmes/hommes sur le marché du travail, la représentation des femmes dans la recherche, la protection sociale, la taxation et la redistribution des revenus, la pauvreté et les effets des politiques publiques sur les inégalités. Elle a dirigé différents projets de recherche européens tels  Shemera (Euro-Mediterranean research cooperation on gender and science) et Mocho (The Rationale of Motherhood Choices), et a participé à l’élaboration de She Figures (2009 et 2012).


EMILIE MONDO 

msh_striges_membres_mondo

Aspirante FNRS, mes recherches portent sur les « morality politics » de l’Union européenne dans le domaine de la bioéthique (avortement et recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines). J’adopte en la matière une perspective « religion et politique » afin de tester l’hypothèse de l’émergence de guerres culturelles (terme emprunté à la littérature américaine) européennes sur ces questions.
Profil complet


ANNE MORELLI

msh_striges_membres_morelli

Anne Morelli est historienne. Elle a notamment donné le cours de « Textes chrétiens contemporains » et « Histoire des églises chrétiennes contemporaines ». Elle a été, jusqu’en 2013, directrice du CIERL (Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité) de l’ULB. Elle y donne actuellement le cours de « Contacts de cultures », qui accorde une large part à la réflexion sur la culture genrée. Anne Morelli s’intéresse particulièrement à la place des femmes dans les religions du Livre et notamment aux métaphores genrées de Dieu.


SARAH MURRU

msh_striges_membres_murru

Docteur en Sciences Sociales et Politiques, je m’intéresse au concept de résistance. En particulier, j’explore les formes de résistances silencieuses, non-conventionnelles, et marginales. Dans cette optique, ma thèse de doctorat a porté sur la résistance des mères célibataires au Vietnam. Ma recherche actuelle porte sur le développement d’un cadre épistémologique et méthodologique pour l’étude de la résistance. Pour ce faire, je m’inspire des méthodologies et épistémologies féministes.


FIROUZEH NAHAVANDI

msh_striges_membres_nahavandi

Directrice du CECID et professeure ordinaire, je porte deux casquettes: celle de la recherche en développement et celle de la recherche sur le Moyen-Orient. Je m’intéresse tout autant à l’évolution sociopolitique du Moyen-Orient et particulièrement à celle de l’Iran qu’aux questions liées au développement, en particulier aux inégalités tant au niveau national qu’international. Récemment, ce sont la situation des femmes dans le monde musulman et l’extraction de nouvelles ressources du Sud par le Nord, à travers la marchandisation du corps, qui ont focalisé mon attention.


LAURA ODASSO

msh_striges_membres_odasso

Post-doctorante Marie Curie IEF, mes travaux de recherche portent sur l’impact du droit et des représentations sociales sur les couples binationales et mixtes en France, en Italie et en Belgique. Les frontières étatiques (borders) et sociales (boundaries) dessinent et redessinent des nouvelles images genrées dans les parcours de vie de couple et de leur enfants, ainsi que dans leurs relations avec l’entourage et les administrations. J’aborde aussi le travail associatif et militant en soutien de ces familles.
Profil complet


SILE O’DORCHAI

msh_striges_membres_o-dorchai

Síle O’Dorchai a développé une expertise reconnue dans les domaines des marchés du travail, des politiques de l’emploi, sociales et d’égalité de genre dans l’Union européenne. Elle s’est plus précisément intéressée aux écarts de genre dans l’emploi et les salaires, à l’individualisation des revenus et de la mesure de la pauvreté, aux politiques de conciliation vies privée et professionnelle et aux inégalités de genre dans les sciences et la recherche. Ses recherches se caractérisent par leur interdisciplinarité, leur nature collaborative, la dimension comparée, le caractère appliqué et quantitatif et l’orientation vers la prise de décision.


NOURIA OUALI

msh_striges_membres_ouali

Sociologue, professeure assistant titulaire de la Chaire en travail social, Nouria Ouali enseigne aussi à l’Institut d’Études du Travail (Lyon 2) et participe au Master européen Egales (Lyon 2). Ses travaux portent sur l’analyse des rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans les processus de précarisation, de déclassement et d’exclusion sociale, les dynamiques de résistances et de subjectivation des femmes minoritaires et le racisme et la discrimination dans le monde du travail.


MATHILDE PAGE

msh_striges_membres_page

Sociologie spécialisée en santé publique, Mathilde Page a obtenu deux masters à l’ULB en 2012, l’un en sociologie et le second en santé publique orientation promotion et éducation santé. Actuellement, Mathilde est assistante à la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales et doctorante au sein du Centre d’Études des Politiques et de l’Administration Publique. Sa thèse a pour sujet la violence conjugale faite aux hommes. Elle enseigne également à la HEH et à la Haute Ecole Condorcet.


ANTOINE PICKELS

msh_striges_membres_pickels

Antoine Pickels est professeur à l’ENSAV La Cambre et à l’ESAC, où il enseigne l’histoire et l’actualité des arts de la scène et la performance. Il collabore régulièrement à des revues, ouvrages collectifs, catalogues d’expositions ou colloques en Europe, et a publié en 2006 « Un goût exquis. Essai de pédesthétique » (Cercle d’Art). Il a été directeur de La Bellone de 2007 à 2011, directeur artistique du festival Trouble aux Halles de Schaerbeek de 2005 à 2013, et est depuis 2009 conseiller artistique du Cifas, pour lequel il édite la revue électronique « Klaxon » et programme l’événement « Signal », consacrés à l’art vivant dans l’espace public. Sur ces différentes plateformes, il accorde une large part à des approches féministes et queer, tant en termes de pratique artistique que de réflexion.


AURORE POTALIVO

msh_striges_membres_potalivo

Aurore Potalivo est diplômée d’un master en linguistique socioculturelle de l’université de Goldsmiths (Londres) où elle a réalisé un mémoire sur la négociation et la construction de la masculinité en parole. En tant que sociolinguiste, elle est intéressée par les questions de genre et d’identité, la discrimination linguistique, la variation et l’acquisition du langage. Elle est actuellement coordinatrice – pour les 6 universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles – du Master interuniversitaire de spécialisation en études de genre (prévu pour la rentrée 2017-2018).


ADÉLAÏDE REMICHE

msh_striges_membres_remiche

Adélaïde Remiche est titulaire d’un Master en droit de l’ULB (2009) et d’un Magister Juris de l’Université d’Oxford (2010). Elle est, depuis novembre 2010, doctorante-assistante à temps plein. Elle consacre une partie de ses recherches à la question du genre dans la magistrature et a organisé, les 7 et 8 novembre 2013, une conférence internationale intitulée « Le juge est une femme. Réalité, impact et justification de la présence des femmes dans la magistrature »
Profil complet


ELSA ROLAND

msh_striges_membres_roland

Titulaire de deux licences (sciences psychologiques et de l’éducation et sciences politiques), Elsa Roland termine une thèse sur les rapports d’assujettissement qui traversent l’institution scolaire entre le XVIème et le XXème siècle en Belgique. Dans une perspective foucaldienne, elle analyse les pratiques discursives et non-discursives et s’intéresse particulièrement aux transformations des rapports de subjectivation des femmes au long du XIXème et du XXème siècle.


CAMILLE RONTI

msh_striges_logo

Mes recherches dans le domaine des arts du spectacle se concentrent sur la grosseur et la performance. Dans une perspective intersectionelle et interdisciplinaire, mon intérêt se porte sur la question de la performativité du discours, de l’identité, de la liminalité et sur les pratiques militantes qui résistent aux normes corporelles. Ce sujet est étudié en lien étroit avec d’autres discriminations telles que le genre, l’orientation sexuelle, l’ethnie, la classe ou le handicap.


ISABELLE RORIVE

msh_striges_logo

Isabelle Rorive enseigne le droit comparé, le droit de la non-discrimination et les enjeux contemporains de la mobilisation des droits fondamentaux en Droit et en études européennes. Elle est directrice du Centre Perelman de philosophie du droit, membre de l’European Equality Law Network et du Berkeley Comparative Anti-discrimination Law Study Group. Elle a récemment participé à la mise sur pied de l’Equality Law Clinic, dans le cadre du projet PAI Human Rights Integration qu’elle coordonne à l’ULB avec Emmanuelle Bribosia et est conseillère pour la politique de diversité de l’ULB


MURIEL SACCO

msh_striges_membres_sacco

Muriel  Sacco est chercheuse en sciences  politiques et  sociales et maître d’enseignement à l’ULB et l’Université de Mons. Ses principaux intérêts de recherche sont la sociologie de l’action publique et des quartiers ethniques et populaires à Bruxelles et Montréal, ainsi que la prise en compte du genre dans les politiques urbaines étudiées.


ISABELLE STENGERS

msh_striges_membres_stengers

Isabelle Stengers est professeure à l’ULB. Ses travaux ont d’abord porté sur le problème de la physique confrontée aux problèmes du temps et de l’irréversibilité, (avec I. Prigogine, La nouvelle alliance, et Entre le temps et l’éternité), puis sur la question des sciences (L’invention des sciences modernes, et Histoire de la chimie, écrit avec B. Bensaude-Vincent). Elle développe aujourd’hui une perspective constructiviste et spéculative tant dans les questions scientifiques (Cosmopolitiques, L’hypnose en magie et science, La Vierge et le neutrino) que philosophiques (Penser avec Whitehead) et politiques (La sorcellerie capitaliste, écrit avec Philippe Pignarre, Au Temps des Catastrophes, et, avec Vinciane Despret, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?).


MARCELLE STROOBANTS

msh_striges_membres_stroobants

À partir de ses recherches en sociologie du travail, Marcelle Stroobants s’est intéressée aux processus de différenciation dans la société salariale. Ses enseignements à l’ULB – dont son cours de « sociologie des rapports sociaux » – ont été le fruit de sa double perspective travail/genre. En 2001, elle a participé à la conception et la mise en œuvre de la chaire interuniversitaire et pluridisciplinaire « Études Femmes – Études de genre » en Communauté française Wallonie-Bruxelles. Son témoignage intervient dans l’ouvrage de Vinciane Despret et Isabelle Stengers, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ? (2011).


ARIANE SZAFARZ

msh_striges_membres_szafar

Ariane Szafarz is professor of finance. She holds a PhD in Mathematics and an MD in Philosophy. Her research topics include microfinance, financial markets, and international finance. She is Co-Director of the (CERMi), Co-Director of the SBS-EM Doctoral Programme in Management Sciences, and President of the Marie-Christine Adam Fund. She has published several books and scientific articles in Econometric Theory, European Economic Review, Journal of Banking and Finance, Journal of International Money and Finance, and World Development.


BARBARA TRUFFIN

msh_striges_membres_truffin

Juriste et docteure en anthropologie, Barbara Truffin est chargée de cours à la Faculté de droit où elle enseigne la méthodologie juridique et l’anthropologie du droit. Elle enseigne aussi l’introduction au droit à l’Université de Mons. Ses recherches en anthropologie juridique documentent et analysent des situations de pluralisme normatif dans des contextes judiciaires et extra-judiciaires. Dans ce cadre, elle s’intéresse aux conflits familiaux en contexte migratoire et à leur dimension genrée.


LAURA VAN DEN EYNDE

msh_striges_membres_vandeneynde

Après ses études de droit à l’Université libre de Bruxelles, Laura Van den Eynde a obtenu un Master en Droits de l’Homme et Démocratisation (Venise-Copenhague, 2010), un Master in the Science of the Law (Stanford, 2011) et un doctorat en sciences juridiques (ULB, 2015). Ses recherches portent sur les interactions entre les organisations de la société civile et les cours et tribunaux, en matière de droits fondamentaux, avec un intérêt particulier pour les cas de discrimination sur base de l’orientation sexuelle.


SOPHIE VAN DER DUSSEN

msh_striges_logo

Après avoir travaillé sur la représentation des femmes en politique en Belgique, Sophie van der Dussen effectue une thèse de doctorat sur la transformation des politiques européennes de conciliation emploi/famille depuis le début des années 2000. Se situant à la croisée de deux champs importants de politiques publiques (égalité et emploi), ces politiques mobilisent des acteurs, des institutions et des cadres cognitifs différents voir opposés.


NICOLAS VAN DER LINDEN

msh_striges_logo

Je suis maître de conférences au Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle. Mon intérêt pour les questions de genre se manifeste par les recherches que je mène, d’un côté, sur les disparités de genre en termes d’attitudes vis-à-vis de la guerre et, de l’autre, sur les biais de genre dans le parcours et les aspirations professionnelles des doctorant-e-s.


CHRISTOPHE VAN EECKE 

msh_striges_membres_van-eecke

Je suis maître de conférences au Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle. Mon intérêt pour les questions de genre se manifeste par les recherches que je mène, d’un côté, sur les disparités de genre en termes d’attitudes vis-à-vis de la guerre et, de l’autre, sur les biais de genre dans le parcours et les aspirations professionnelles des doctorant-e-s.


CÉCILE VANDERPELEN-DIAGRE

msh_striges_membres_vanderpelen-diagre

Cécile Vanderpelen-Diagre enseigne l’histoire contemporaine. Ses recherches portent sur l’histoire du catholicisme contemporain et ses expressions culturelles (cinéma, littérature, théâtre, enseignement, sexualités). Elle travaille également sur l’histoire des institutions et des élites culturelles. Elle est porte-parole de l’ARC « Sex&Pil » et codirige le projet ORELA (Observatoire des religions et de la laïcité). Elle a notammént publié les ouvrages Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres (Complexe-CEGES, 2004) et Le Théâtre royal du Parc. Histoire d’un lieu de sociabilité bruxellois (de 1782 à nos jours) (Editions de l’Université de Bruxelles, 2008).


WANG WEILI 

msh_striges_membres_weili

I studied political theory in China. My interests focus on the relationships between the state and society. In my doctoral project, I examine gender policies in Chinese women’s liberation during 1950s. I take Shanghai as a case study and investigates both how women’s identity was constructed by the party-state and its legacy for the feminism.


MONIQUE WEIS

msh_striges_membres_weis

Membre du Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (CIERL), les recherches de Monique Weis portent sur le genre et la sexualité à l’époque moderne; l’histoire de la famille en rapport avec l’histoire du catholicisme et l’histoire du protestantisme; les femmes et le christianisme surtout aux 16e, 17e et 18e siècles.


ROBIN WOLLAST

msh_striges_membres_wollast

Doctorant au Centre de Recherche en Psychologie Sociale et Interculturelle à l’Université Libre de Bruxelles, Robin Wollast est un chercheur passionné par les interactions sociales. Expert dans le domaine de l’objectification sexuelle, ses recherches portent sur les processus d’influence sociale concernant les normes corporelles et la perception du corps chez les hommes et les femmes. Il s’intéresse en particulier aux liens entre l’image corporelle et l’auto-compassion. Il travaille également sur les questions des inégalités de genre, du sexisme ambivalent et du relativisme culturel.
Profil complet