Chercheurs invités

LINA MALAGÓN PENEN

Lina Malagón Penen est doctorante à l’Université Panthéon-Assas (Paris II), en cotutelle avec l’Université Externado de Colombia, où elle est enseignante-chercheuse. Son projet de thèse traite de l’utilisation protestataire de la justice constitutionnelle par les mouvements LGBT et les contre-mouvements catholiques français et colombiens pour obtenir, empêcher ou renverser l’ouverture du mariage et de la filiation aux couples formés par des personnes de même sexe.


ELOI RIBÉ

Eloi Ribé is a PhD student at the Department of Sociology of the University of Edinburgh and affiliated to the Centre for Research on families and Relationships (CRFR). His research focuses on the ways grandmothers and grandfathers enable, enact and maintain a sense of intimacy and emotional closeness with their grandchildren over the life course. This research is embedded within a theoretical and conceptual discussion of ‘practices of intimacy’ and emotional reflexivity intertwined with gender, generation and age practices and ideologies. His research interests extend to ageing and sexualities and gender social and economic inequalities. He is a visiting researcher at ULB affiliated to the Atelier Genre(s) et Sexualité(s) from March 2017 until August 2017.


LUCILE QUERÉ

msh_striges_chercheurs-invites_lucile_quere

Lucile Queré, du Centre en études genre l’Université de Lausanne, qui dans sa recherche doctorale (sous la direction d’Eléonore Lépinard) travaille sur la pratique collective de l’auto-examen gynécologique, symbole du self-help féministe, dans trois pays européens (Belgique, France, Suisse) dans les années 1970 et dans les années 2010. Cette pratique militante qui a pour but la prise de conscience et la réappropriation du corps et des savoirs sur les corps – notamment face au pouvoir médical – était investie d’une forte portée subversive dans les années 1970, et était fortement liée aux luttes pour la liberté de contraception et d’avortement. Dans le cadre de cette recherche, Lucile Queré souhaite interroger la réémergence de cette pratique dans les années 2010 et la signification sociale qui lui est associée dans un contexte législatif, contestataire et institutionnel différent de celui des années 1970.