msh_logo

La Maison des Sciences Humaines de l’Université libre de Bruxelles (MSH-ULB) est une structure d’accueil et de soutien de la recherche interdisciplinaire en Sciences humaines et sociales.

La MSH-ULB s’inscrit dans une dynamique générale de l’université, et plus globalement du monde de la recherche en Europe, qui consiste à faire travailler des chercheurs issus de disciplines différentes autour d’objets de recherche communs afin que la connaissance qu’ils produisent puisse permettre d’appréhender ces objets dans leur globalité et dans leur complexité.

Créée en 2015 à l’initiative du Recteur Didier Viviers, la MSH-ULB se veut, dans ses multiples activités en résonance avec les questions et les débats qui animent la société civile. Essentiellement tournée vers la recherche fondamentale, elle reste en effet attentive aux problèmes concrets et à l’actualité, prête à répondre aux demandes des mondes politique, socio-économique ou culturel.

La MSH-ULB constitue également une plate-forme importante d’échange des savoirs à l’échelle internationale. Elle accueille chaque année plusieurs dizaines de professeurs invités ainsi que des chercheurs post-doctorants étrangers.

La MSH-ULB ambitionne de renforcer l’identité des sciences humaines et sociales et de générer, par l’association des disciplines diverses en un même lieu, de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques de recherche.

La MSH compte plus de 150 chercheurs répartis en neuf équipes : quatre équipes intégrées et cinq équipes affiliées.

Équipes intégrées : LIEU (Laboratoire interdisciplinaire en études urbaines), OMAM (Observatoire des mondes arabes et musulmans), STRIGES (Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité) et EASt (East Asian Studies).

Équipes affiliées : le CHDAJ (Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique), le CTP (Centre de théorie politique), le CIERL (Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité), le CReA-Patrimoine (Centre de recherches en archéologie et patrimoine) et le CDP (Centre de droit public).

Agenda