striges FR

Les Midis de STRIGES « Masculinité et dynamique du genre en couples ‘mixtes’ : les expériences des hommes philippins mariés avec des femmes belges »

 

par Asuncion Fresnoza-Flot, Professeure d’anthropologie, ULB

La plupart des travaux sur les couples dits ‘mixtes’ dont les partenaires possèdent des nationalités et/ou ethnicités différentes s’intéressent aux points de vue et aux expériences des épouses migrantes, laissant dans l’ombre la situation des hommes au sein des couples mixtes. Comment ces hommes font-ils l’expérience de la mixité conjugale ? Dans quelle manière leur image de masculinité ‘idéale’ influence-t-elle la dynamique du genre dans leur couple ? Afin de traiter ces questions, ma présentation examine le cas des hommes philippins en couple avec des femmes belges en Belgique. L’analyse d’entretiens et de conversations informelles avec ces hommes montre l’importance à leurs yeux de la division traditionnelle genrée du travail domestique, division dans laquelle la femme accomplit le travail reproductif et l’homme assure le travail productif. Tandis que leur migration et leur mariage à une femme citoyenne d’un pays industrialisé renforcent leur sens de masculinité (pagkalalaki), le rôle qu’ils remplissent à la maison le met par contre en question. Leur frustration liée au fait que leur femme poursuit le principe d’égalité de genre dans l’espace domestique les pousse à adopter des stratégies pour redéfinir leur image de leur masculinité : incorporer le travail reproductif à leur rôle d’époux- père, cultiver une bonne relation avec leurs enfants et s’engager dans des activités en dehors du foyer conjugal.

Asuncion Fresnoza-Flot est chercheure qualifiée F.R.S.-FNRS au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) à l’ULB, où elle est aussi maître d’enseignement (assurant les cours « Intermarriages, ‘mixed’ families and migration » au sein du Séminaire d’Anthropologie I et «Migration and gender»). Elle travaille actuellement sur la mobilité contextuelle des migrants et de leurs familles via un projet sur les couples belgo-asiatiques en Belgique et en Asie. Ses travaux récents ayant une dimension genre incluent le numéro spécial « Transnational perspectives on intersecting experiences: gender, social class and generation among Southeast Asian migrants and their families » (avec Kyoko Shinozaki, Journal of Ethnic and Migration Studies 2017) et International marriages and marital citizenship. Southeast Asian women on the move (avec Gwénola Ricordeau, Routledge 2017).

Jeudi 14 mars de 12h15 à 14h

Salle de réception (3e étage)
Maison des Sciences Humaines – Bâtiment R
Avenue Antoine Depage 1
1050 Bruxelles

Entrée libre sans inscription