omam FR

Inauguration de la Chaire universitaire et culturelle Mahmoud Darwich « Je ne reviens pas, je viens »

La Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Université Libre de Bruxelles (ULB), l’Université Catholique de Louvain  (UCL) et BOZAR ont uni leurs forces pour rendre hommage au poète Mahmoud Darwich, décédé en 2008.
Fondée en 2016 à l’initiative  du Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, la « Chaire universitaire et culturelle Mahmoud Darwich » sera officiellement inaugurée ce 25 janvier au Palais des Beaux-Arts. Celle-ci vise à perpétuer la mémoire et l’œuvre de l’un des plus grands auteurs arabes, qui a su toucher des problématiques universelles telles que l’absence, la perte ou l’errance, par la sanctuarisation d’un langage et une musicalité des mots qui en font l’un des grands poètes du XXe siècle, et qui résonnent dans l’exil intérieur qui habite chacun d’entre nous.
Cette journée inaugurale réunira tout d’abord critiques littéraires, chercheurs, intellectuels, artistes et journalistes qui, à travers leurs analyses et leurs témoignages, permettront de mieux cerner la pensée, l’œuvre et l’engagement pour la Palestine de Darwich. L’après-midi s’achèvera avec un court métrage inédit de Simone Bitton, « Darwich à Tolède » et le film qu’ont consacré au poète Simone Bitton et Elias Sanbar, « Et la terre comme une langue… ».
Le chanteur et multi-instrumentiste palestinien Tamer Abu Ghazaleh clôturera ce premier événement de la Chaire Darwich avec un concert du soir très attendu.

Poète d’envergure internationale, Mahmoud Darwich a marqué de son empreinte la poésie du XXe siècle. Pour circonscrire l’œuvre et la vie de l’écrivain palestinien, trois rendez-vous littéraires sont proposés. Premier jalon de cet hommage, Europe présentera son nouveau numéro consacré à Darwich. Fondée en 1923 par le célèbre écrivain  pacifiste Romain Rolland, cette prestigieuse revue littéraire française a accueilli des plumes renommées comme Jules Supervielle, Max Jacob, Virginia Woolf,  William Faulkner, Walter Benjamin ou Louis Aragon. Sa prochaine livraison constitue la somme la plus importante dédiée à ce jour au poète palestinien.

Programme de la journée

Jean-Baptiste Para, directeur de la revue, et Kadhim Jihad Hassan, professeur à l’INALCO, animeront ce premier rendez-vous à 10h15. À 11h, une première table ronde réunira autour de Farouk Mardam-Bey, directeur de la collection Sindbad  chez Actes Sud, des enseignants universitaires et critiques littéraires réputés, qui détailleront les aspects les plus saillants de l’œuvre de Darwich : Miguel Casado, Rima Sleiman, Evanghelia Stead et René Corona échangeront leurs analyses. Après le déjeuner, à 15 h,  une seconde table ronde rassemblera autour d’Elias Sanbar, écrivain palestinien et ambassadeur de l’UNESCO, les témoignages d’acteurs littéraires spécialistes du monde arabe : André Velter, Hassan Khader, Elias Khoury et Subhi Hadidi y prendront la parole.

9h00 : Accueil

9h30 : Ouverture de l’événement par :
– Monsieur Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles
– Madame Leila Shahid, ancienne ambassadrice de Palestine et présidente d’honneur
– Monsieur Paul Dujardin, Directeur général de Bozar

10h15 : Présentation du numéro spécial de la revue littéraire « Europe » consacré à Mahmoud Darwich par :
Jean-Baptiste Para (poète, critique littéraire et traducteur, directeur de la revue « Europe »)
Kadhim Jihad Hassan (poète, critique littéraire et traducteur, professeur des universités au département des études arabes à l’INALCO, à Paris)

11h00 – 13h00 : Mahmoud Darwich – Table ronde
Modérateur : Farouk Mardam-Bey (historien et éditeur, directeur de la collection Sindbad aux Editions Actes Sud)
Miguel Casado (poète, critique littéraire et traducteur, vit à Tolède)
Rima Sleiman (chercheuse en littérature arabe et comparée, maître de conférences au département d’Etudes arabes à l’INALCO, à Paris)
Evanghelia Stead (professeur de Littérature générale et comparée, Université de Versailles Saint-Quentin, membre de l’Institut Universitaire de France)
René Corona (poète, critique littéraire et traducteur, professeur des universités en Lettres françaises à l’Université de Messine)

15h00 – 17h00 : Mahmoud Darwich – Table ronde 2
Modérateur : Elias Sanbar, historien, essayiste, traducteur, ambassadeur UNESCO
André Velter (poète, essayiste et éditeur, directeur de la collection Poésie/Gallimard)
Hassan Khader (Chercheur en sciences sociales, commentateur de l’actualité politique et culturelle et traducteur, vit à cheval sur Ramallah et Berlin)
Elias Khoury (romancier et journaliste, il dirige la Revue d’études palestiniennes, édition arabe, vit à Beyrouth)
Subhi Hadidi (critique littéraire, commentateur de l’actualité politique et culturelle et traducteur, vit et travaille à Paris)

Accès libre, sur inscription sur le site des BOZAR : inscription à la journée littéraire ici

18h00 – 19h00 : Projection du documentaire « Mahmoud Darwich : et la terre comme la langue »

Simone Bitton est une documentariste française réputée. Vivant au Maroc, en Israël puis en France, elle se considère comme « une Juive arabe qui n’aime pas les murs et les frontières ». Son identité protéiforme et sa sollicitude pour le genre humain ne pouvaient générer en elle que l’envie de mettre Darwich en image.  L’occasion se présenta pour elle en 1998, année au cours de laquelle elle tourna, avec la complicité d’Elias Sanbar, Mahmoud Darwich : et la terre comme la langue. « Si la beauté et la profondeur de cette œuvre a conquis tant de lecteurs de par le monde, et au travers de tant de traductions, c’est qu’elle nous concerne tous, et que chacun peut se reconnaître en elle », écrira la cinéaste.

Nous vous en proposons la projection à 18 h, en présence de la réalisatrice. Cette séance sera précédée, à 16h45, de Mahmoud Darwich à Tolède, un court métrage inédit, produit par la Chaire Darwich, également signé par Simone Bitton.

Accès libre, sur inscription sur le site des BOZAR : inscription à la projection ici

20h30 – 22h00 : Concert de Tamer Abu Ghazaleh à la Salle de Musique de chambre

Artiste complet, Tamer Abu Ghazaleh est une figure majeure de la scène arabe moderne. Son concert à BOZAR, qui clôture la journée de lancement de la Chaire Darwich, est une ode à la modernité : « Entre son chant âpre et ombrageux qui vire à la mélopée profonde, les voix flottantes, beats puissants et autres effets qu’il dégaine depuis son ordinateur, les salves rageuses de ses musiciens, son show inclassable est une claque », publie Télérama. Un feu d’artifices d’émotions à ne pas manquer !
Né au Caire et formé à Ramallah, le chanteur palestinien qui est aussi multi-instrumentiste, compositeur et producteur, a fait ses débuts en 2001 avec un album reprenant les chansons qu’il avait écrites depuis ses cinq ans, sur des textes de Darwich notamment. Voyageur infatigable, il se produit dans les salles de Beyrouth, Londres, Tunis, Constantine, Liverpool, Manchester, Budapest, Stockholm, ou Copenhague, et n’a de cesse de multiplier les collaborations avec des artistes comme Maryam Saleh, Reem Kelani ou Yacoub Abu Ghosh.

Entrée payante : achat ticket ici

Mercredi 25 janvier de 9h à 22h00

Studio – Bozar
Rue Ravenstein 23
1000 BRUXELLES

http://www.bozar.be/fr/activities/123520-je-ne-reviens-pas-je-viens