east FR

Cours-Conférence « Variations tibétaines sur l’art de ne pas être gouverné »

par Isabelle Henrion-Dourcy (Université de Laval) 

Dans le cadre du cours : Anthropologie des sociétés d’Asie orientale (cours SOCAD491)
Titulaires du cours : Vanessa Frangville, Françoise Lauwaert et Pierre Petit

Résumé : Série de conférences articulées autour de l’ouvrage de James Scott The Art of not being Governed Yale University Press, 2009 (Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, 2013). James Scott postule l’existence d’un ensemble régional, ou Zomia, regroupant plusieurs pays d’Asie du Sud-Est ainsi que certaines provinces chinoises frontalières, où se serait manifestée au cours des siècles, une forte résistance à l’Etat. L’auteur met au jour un certain nombre de facteurs géographiques, sociaux, économiques et religieux expliquant cette attitude. Il souligne également qu’il ne s’agit pas de tracer une frontière trop nette entre populations « avec » ou « sans » Etat, mais bien au contraire de montrer que les frontières ont été mouvantes et que les populations concernées ont pu, dans une certaine mesure, effectuer des choix et élaborer des stratégies d’évitement ou au contraire de collaboration avec les entités étatiques.
Cet ouvrage a déjà été largement discuté et contesté, il reste néanmoins stimulant à bien des égards et chacun des participants tentera de mettre ces théories sur le banc d’essai de son propre terrain.

Isabelle Henrion-Dourcy est professeure au département d’anthropologie de l’Université Laval à Québec. Ses recherches portent depuis vingt ans sur les arts du spectacle, les médias et la culture populaire tibétaine. Parmi ses publications, citons une monographie (Le théâtre ache lhamo: jeux et enjeux d’une tradition tibétaine, Mélanges chinois et bouddiques / Peeters, 2016), un numéro dirigé pour la revue Anthropologie et Sociétés (« Médiamorphoses : la télévision, quel vecteur de changements? », Vol. 36 : 1-2, 2012) et un article sur les réfugiés tibétains en Belgique (« De l’exil à l’asile : témoignages et authenticité culturelle des candidats tibétains au statut de réfugié politique en Belgique », in Civilisations, LVI (1-2), Numéro dirigé par Françoise Lauwaert, « Après la catastrophe », pp. 121-156).

Mardi 21 février 2017 de 14h à 16h

Bâtiment 542 – 5e niveau – Salle R42.5.110
ULB – Campus du Solbosch

Entrée libre et gratuite, sans inscription

Contact : east@ulb.ac.be