Atelier Genre(s) et Sexualité(s) « Partager la ville : Genre et espace public en Belgique francophone »

par Pierre Lannoy, ULB, Marylène Lieber, Université de Genève et Laurence Rosier, ULB

La discussion du livre sera suivie d’un verre de l’amitié

La question du sexisme dans l’espace public occupe le devant de la scène politique et médiatique depuis plusieurs années. On sait toutefois peu de choses sur la situation en Belgique francophone, un défi que tente de relever le livre Partager la ville : Genre et espace public en Belgique francophone. Loin de se cantonner à la question du harcèlement sexiste, cet ouvrage analyse comment femmes et hommes expérimentent l’espace public différemment et relate plusieurs expériences de terrain visant à un meilleur partage de l’espace public. L’ouvrage sera discuté par Pierre Lannoy (ULB), Marylène Lieber (Université de Genève) Laurence Rosier (ULB), en présence des directeur·rice·s et de nombreux·ses auteur·e·s.

Biographies
Né en 1972, Pierre Lannoy est docteur en sociologie et chargé de cours à la Faculté de Philosophie et Sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles, et directeur du centre de recherche METICES de l’Institut de Sociologie. Ses recherches portent sur les circulations dans les espaces urbains contemporains et, plus particulièrement, sur les différentes dimensions d’une société auto-mobile. Parmi ses publications, on peut signaler : « Enquêter sur l’exercice du pouvoir à partir de ses spatialités. L’entrisme de la firme McKinsey dans le milieu éducatif et universitaire belge », in Lenel E. (dir.), L’espace des sociologues. Recherches contemporaines en compagnie de Jean Remy, Paris, Erès, 2018 ; « La liberté de circuler. Tout est dans le titre », Recherche Transports Sécurité, 33/1-2, 2017 ; « L’anxiété urbaine et ses espaces. Expériences de femmes bruxelloises » (avec Marie Gilow), Annales de la recherche urbaine, 112, 2017 ; « Programmer le partage de l’espace public dans une ville motorisée : l’évolution des principes d’aménagement des voiries à Bruxelles après la Seconde Guerre mondiale », Cahiers de l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale, n°5, 2016 ; « Vers l’hypothèse d’une identité de déplacement. Congruence entre espace social, cognitif et géographique » (avec Th. Ramadier, S. Depeau, C. Enaux, S. Carpentier), in Grandjean P. (dir.), Construction identitaire et espace, Paris, L’Harmattan, 2009.

Marylène Lieber est sociologue, professeure en études genre à l’Université de Genève. Ses travaux portent sur les violences, l’espace public et les migrations. Elle a publié notamment Genre, violences et espaces publics, la vulnérabilité des femmes en question (Presses de Science po, 2008), Chinoises au XXIème siècle. Ruptures et continuités (avec Tania Angeloff, La Découverte, 2012) et « Qui dénonce le harcèlement de rue ? Un essai intersectionnel de géographie morale » (dans Farinaz Fassa, Éleonore Lépinard et Marta Roca i Escoda (dir.), L’intersectionnalité: enjeux théoriques et politiques, La Dispute, 2016).

Née en 1967, Laurence Rosier est licenciée et docteure en philosophie et lettres. Elle est professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique du français à l’université libre de Bruxelles. Auteure de nombreux ouvrages dont deux sur le  discours rapporté, elle a notamment co-rédigé  Savoirs pour pratiquer. Référentiel de langue. 3e-6e années, Louvain-la-neuve, Duculot, 2003, avec Monique Denyer et Francine Thyrion) et aborde régulièrement le terrain didactique par des formations et des conférences grand public : actuellement elle étudie l’usage des réseaux sociaux en classe de français. Elle est directrice du centre de linguistique de l’ULB.

Mercredi 26 septembre de 18h à 20h

Salle Henri Janne (15e étage)
Institut de Sociologie
Avenue Jeanne, 44
1050 Bruxelles

Entrée libre sans inscription