east FR

Spectacle « La Berceuse des disparus »

de Mukaddas Mijit, artiste ouïghoure

Dans le cadre des deux journées consacrées aux arts de la scène ouïghours avec Mukaddas Mijit (Programme : ICI)

Une berceuse ouïghoure, rappelant des souvenirs d’un lointain pays, d’amis qui ne sont plus joignables, emportés et emprisonnés par un véritable crime contre l’humanité. Cette berceuse, autrefois chantée par des milliers de femmes, n’est plus qu’aujourd’hui un écho dans l’esprit de millions d’orphelins séparés de leurs mères et de leur pays.

La berceuse des disparus rend hommage au travers de poésies, de chants et de danse à un pays devenu une lointaine utopie, le pays des ouïghours.

  • Lecture des poèmes soufis
  • Chant et danse traditionnels ouïghours

Mukaddas Mijit est ethnomusicologue, cinéaste et artiste ouïghoure. Elle est née à Urumchi dans la Région Ouïghoure. En 2003, elle est venue s’installer en France pour poursuivre ses études et sa carrière artistique. Elle a obtenu son Master en ethnomusicologie à l’Université Paris-Sorbonne en travaillant sur les pratiques soufies ouïghoures. En 2015, elle a soutenu son doctorat à l’Université de Paris-Ouest Nanterre à la suite de travaux sur la « Mise en scène des patrimoines artistiques ouïghours ». Elle a publié plusieurs articles dans de revues scientifiques dont le Cahier d’Ethnomusicologie. En tant que cinéaste, elle a réalisé quatre films documentaires et une série de courts-métrages sur la culture ouïghoure. Depuis quelques années elle enseigne l’anthropologie visuelle à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Elle a développé plusieurs projets autours de la danse et des chants traditionnels, et a participé à plusieurs importants festivals de musiques du monde. Actuellement impliquée dans un projet de recherche en collaboration avec Dr. Rachel Harris (SOAS) sur la transmission et le développement des pratiques de Meshrep (banquet traditionnel) dans la diaspora ouïghoure, elle continue également ses projets artistiques en Europe et aux Etats Unis. Elle est l’une des co-créatrices du projet « Everybody is gone, or the Happiest muslims in the world », un projet de théâtre immersif actuellement en préparation à New York.

Vendredi 6 mars de 18h à 19h15

Point culture,
Bâtiment U
Avenue Paul Héger
1050 Bruxelles

Entrée libre

Informations Point Culture ici