striges FR

Midis de STRIGES « No children, no cry : le refus de la maternité dans Sextant »

par Valérie Piette & Anne-Sophie Crosetti, ULB

Les Midis de STRIGES reviennent pour l’année académique 2019-2020 ! De l’urbanisme à la pharmacie en passant par la sociologie, l’histoire ou encore le droit, les Midis s’inscrivent dans une perspective interdisciplinaire où tous les sujets ont pour lien les études de genre.

Le slogan féministe des années 1970 « Un enfant si je veux, quand je veux » résonne encore aujourd’hui, tant la maternité est une norme qu’il est difficile d’esquiver. Si la contraception a rendu possible l’espacement et la limitation des naissances, la remise en cause définitive de la maternité est une réalité qui fait difficilement partie des expériences dicibles et audibles des femmes, qu’elles soient en couple ou non. Face à « l’évidence du naturel », devant l’injonction moderne au désir d’enfant, ces femmes sont souvent qualifiées de déviantes, d’anormales, d’égoïstes. Alors que le nombre de femmes refusant par choix la maternité est en augmentation, le phénomène reste encore trop souvent un impensé, la recherche scientifique francophone n’y échappant pas, à de rares exceptions. En parallèle se développe une parole autour du regret d’être mère, phénomène alors invisible (et indicible). Cohabitent avec ces femmes des mouvements et des groupes antinatalistes (se revendiquant féministes mais pas uniquement) qui se font remarquer sur la scène médiatique comme ce fut le cas en Belgique et en France avec la fête des non-parents mais aussi au Canada et aux États-Unis, sans faire l’objet de recherches systématiques. Dans ce numéro, il nous a semblé nécessaire ce phénomène de la non-maternité des femmes vivant en couples ou non, d’en définir les contours et d’interroger le passé afin de mieux cerner les questionnements actuels. Dans une approche pluridisciplinaire propre à la revue, ce numéro thématique s’articule en quatre parties, qui interroge chacune un aspect de la non-maternité : (dés)enfanter, persuader, transgresser et délivrer. Dans un premier temps, ce numéro pose les jalons de la non-maternité en questionnant le rapport historique à la maternité et la difficulté de dire et de penser la non-maternité. Il met ensuite ne lumière la nécessité pour ces femmes de convaincre celles et ceux qui ont parfois le pouvoir et qui cherchent à les persuader en retour de la dangerosité de leur choix et de la naturalité du sentiment maternel. C’est que le refus de la maternité est le plus souvent perçu comme une transgression des normes, malgré des marges de manœuvre. Enfin, le numéro revient sur les effets de la non-maternité et des délivrances qui en découlent.

Valérie Piette est professeure d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles. Elle y est titulaire de différents enseignements dont Histoire de l’époque contemporaine, Histoire du genre et Histoire des colonisations. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes, du genre et de la sexualité. Elle est membre de l’Action de Recherche Concertée Sex&Pil, groupe de recherche interdisciplinaire sur le catholicisme et la révolution sexuelle. Elle a coordonné différents ouvrages, dont La modernisation de la sexualité (XIXème-XXème) et a également été commissaire de l’exposition Pas ce soir chéri(e) ? Histoire de la sexualité aux XIX et XXème siècles et de l’Expo Porno.

Anne-Sophie Crosetti est aspirante FNRS à l’Université libre de Bruxelles. Elle est diplômée en sciences sociales de l’École Normale Supérieure de Paris et en sciences politiques spécialité en études de genre de l’Université de Paris VIII. Elle a également étudié en tant que research graduate student à l’Université de Cambridge. Elle réalise une thèse en sociologie à l’ULB sur la prise en charge de la planification familiale par les catholiques en Belgique. Elle travaille dans le cadre de la recherche collective et interdisciplinaire « Sex&Pil ». Ses intérêts de recherche portent sur la sociologie et l’histoire du genre, des sexualités et de la famille, la sociologie politique et la sociologie de la religion.

Mercredi 6 mai 2020 de 12h15 à 14h00

Salle des commissions
Bâtiment R – 4e niveau – R4.110
Avenue Antoine Depage 1
1050 Bruxelles

Toutes les séances mensuelles sont gratuites et sans inscription